Vive nous!

02 août 2015, 18:45

Ce soir historique du 27 juin sur Espacité, un tout jeune Chaux-de-Fonnier exprimait son enthousiasme en direct à la télé romande. Avec une fougue soutenue par un solide accent du terroir. Il venait bien de la Tchaux, impossible de le nier! On voyait d'ici fleurir les sourires suffisants sur les bords du Léman, mais notre jeune homme n'en avait manifestement rien à cirer. Autre exemple: le «Rémy, du Jura bernois!» de l'émission «Dîner à la ferme». Un tout bon zigue, la crème des gaillards, qui lui non plus ne cache pas son appartenance à son coin de pays. Moi, j'aime les gens qui sont de quelque part, comme disait Michel Bühler. L'accent qu'on attrape en naissant du côté de Marseille ou de Montréal ou de Bruxelles ou du Cerneux-Péquignot fait partie de notre culture. Pourquoi le déguiser, essayer de parler pointu? C'est moche d'avoir honte de ses origines. Et puis c'est peine perdue. Même les Genevois n'arrivent pas à imiter les Parisiens, qui d'après ce qu'ils croient et malgré leurs quat' kilomèt' et leurs aréoports, causent le français le plus top. Ce n'est pas exact: le français le plus pur est parlé à Neuchâtel, comme nous le savons tous. En attendant, ce sont la Tchaux et Le Locle qui sont à l'Unesco. Ce n'est pas le moment de jouer les vierges effarouchées. On peut en être fier d'en faire partie, du Patrimoine mondial. Et proclamer, avec l'accent qui va avec, que oui, nous sommes Loclois, nous sommes Chaux-de-Fonniers. Et que ça s'entende bien fort, nom d'une pipe! Vive nous!