Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Une décennie de succès pour la T-Touch

La T-Touch de Tissot fête ses 10 ans d'existence. Retour sur un pari, la technologie tactile, qui n'était pas gagné d'avance.

27 mars 2009, 08:52

Ces 10 ans ont été en permanence des recherches d'innovations, d'idées.» François Thiébaud, le directeur général de Tissot ne cache pas sa satisfaction. Le modèle T-Touch de la marque locloise «a permis de démontrer qu'en Suisse, il y a un savoir-faire reconnu, que nous avons su nous adapter dans le monde électronique qui nous entoure». Et d'ajouter malicieusement à propos des nouvelles générations de téléphones mobiles à écran tactile: «Tissot était déjà là il y a dix ans».

La grande révolution de la T-Touch, c'est bien la fonction tactile mise au point par les ingénieurs d'Asulab à Marin. «Ils ont su adapter cette technologie ludique à l'horlogerie. Ce procédé de lecture permet d'obtenir des informations qu'on ne pouvait pas avoir», dit François Thiébaud. En effet, la boussole et l'altimètre côtoient dans le modèle d'origine, l'heure, la minute, le réveil ou le fuseau horaire.

«C'est toujours révolutionnaire. Elle nous permet aussi d'explorer d'autres secteurs.» Ainsi la Silen-T est venu rejoindre la famille T-Touch. Destinée aux malvoyants ou aux gens souhaitant consulter l'heure de manière discrète, cette montre envoie un signal ressenti dans les doigts. «Malheureusement, elle n'a pas beaucoup de succès. Nous la commercialisons toujours. C'est un marché de niche.» Même constat pour la Navigator. Cette montre possède les fuseaux horaires de 150 villes, dont cinq peuvent être mémorisés.

En 2008, le modèle original a été légèrement agrandi. «Nous avons pensé à doubler les fonctions», explique François Thiébaud en évoquant la T-Touch Expert. Par exemple, à la boussole est venu s'ajouter l'azimut. Un deuxième fuseau horaire est disponible. «Le Locle - Bombay, c'est 4h30 d'écart. On peut mémoriser les deux fuseaux», ajoute le boss de Tissot. Les modèles T-Touch Expert visent deux publics. Le premier modèle est destiné aux plus jeunes avec un design volontairement inspiré par les sports plus extrêmes. Le second vise les passionnées d'aviation. Des codes inspirés des tableaux de bord sont d'ailleurs repris sur le cadran.

Dernier modèle en date, la Sea-Touch est destinée aux plongeurs. Accessoire ludique, il n'est toutefois pas vendu comme un instrument professionnel de plongée.

En termes de volumes, la T-Touch n'est pas le produit le plus important pour Tissot. En 10 ans, plus de 1 million de pièces ont été vendues. La marque écoule près de 2,5 millions de montres par an. «Au niveau image, elle a apporté à Tissot une notoriété dans l'électronique», se réjouit François Thiébaud. /DAD

Votre publicité ici avec IMPACT_medias