Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

L’impôt frontalier divise les communes

Les six communes «industrielles» qui s’opposent à la nouvelle répartition de l’impôt frontalier ont obtenu une courte victoire en commission. Le Grand conseil tranchera.

14 déc. 2016, 00:58
Trafic des transfrontaliers sur la route du Cret-du-Locle et le train

Le Locle 22 janvier 2014
Photo R Leuennberger LE LOCLE

Les revenus de l’impôt générés par le travail frontalier continuent à provoquer des tensions politiques. Dernier champ de bataille: la commission «péréquation financière» du Grand conseil. Suite à un projet de décret interpartis, elle a récemment accepté de reporter une partie de la réforme, avec l’accord du Conseil d’Etat et de représentants des communes.

Mais la décision serrée (9 voix contre 6 en vote final) laisse supposer que les divergences de vue ne seront pas aplanies avant la discussion au Grand conseil, qui doit se tenir lors de la session de janvier.

En septembre dernier, six communes «industrielles» s’inquiétaient par lettre auprès de l’Etat de la nouvelle répartition du revenu de l’impôt sur le travail frontalier (Le Locle, La Chaux-de-Fonds, Les Brenets, Val-de-Travers, Les Verrières, La Côte-aux-Fées).

Déjà différée de deux ans, la réforme devait entrer en vigueur en 2017. La part de revenu rétrocédée aux communes devait diminuer, et...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias