Le BCN Tour manque d'impact

Le BCN Tour connaît un grand succès populaire, mais il manque d'impact direct sur le sport neuchâtelois, selon Florian Lorimier, préparateur physique de Didier Cuche et d'autres athlètes préparant les JO.
13 mai 2009, 11:01

«Le concept est excellent. Il s'agit d'un des rares événements fédérateurs dans notre canton. C'est bien que le sport permette de tisser un lien entre toutes les régions.» Florian Lorimier (cofondateur de FIT Performance à Boudevilliers) apprécie le BCN Tour. Il l'aimait encore plus lorsque les étapes reliaient un village à un autre. «On découvrait encore mieux notre canton», se souvient-il. «Mais je comprends parfaitement que pour des raisons logistiques, on ne puisse plus aller partout.»

Un préparateur physique de sa trempe ne peut non plus pas rester insensible aux effets positifs de cette course. «C'est bien d'inciter les gens à bouger, surtout si cela se prolonge d'année en année», relève l'entraîneur de Didier Cuche, Mellie Francon et quelques autres athlètes de niveau mondial. «Il est juste dommage que la plupart des gens se limitent à ne disputer que cette course dans la région. D'autres épreuves, comme celles du calendrier hors stade, sont aussi jolies et ont hélas tendance à disparaître.»

Une des seules autres compétitions profitant vraiment du Tour du canton est certainement le Défi du Val-de-Travers avec sa formule à distances multiples. «Cela démontre que le défi personnel joue un rôle», commente Florian Lorimier. «Disputer six étapes de suite pendant six semaines représente un sacré challenge pour les populaires.»

Le tout est de savoir si tous les concurrents se font du bien. «Par manque de préparation, certains populaires souffrent physiquement», constate ce préparateur physique diplômé par Swiss Olympic. «Ils auraient plus de plaisir en renforçant leur musculature posturale. Leur récupération serait aussi meilleure. Il suffit pour cela de quelques séances régulières lors de la préparation.»

Il ne s'agit pas que d'une question uniquement technique. «Il n'y a pas qu'une bonne manière de courir», reprend le Vaudruzien. «En équilibrant sa posture, on obtient une foulée plus saine et forcément plus performante. On porte moins préjudice à son dos ou à ses genoux. On peut améliorer cela à tout moment. Cela ne sert à rien de vouloir trop corriger la façon de courir. Avec un meilleur maintien postural, la foulée va s'adapter naturellement. On limitera aussi les blessures.»

Cette argumentation ne repose pas sur la théorie. «En 2000, j'avais réalisé une étude dans le cadre du Tour du canton», se rappelle Florian Lorimier. «Nous avions démontré qu'avec un ou deux exercices simples, nous parvenions à améliorer le rendement d'une foulée de 30%. La capacité de récupération devenait aussi plus grande.»

Autre message important: ne pas s'arrêter après le BCN Tour. «Il faut continuer et garder le rythme de deux ou trois séances d'endurance hebdomadaires», conseille Florian Lorimier. «On peut alterner la course avec le vélo ou la natation. L'important est de ne pas perdre le bénéfice de l'épreuve.» /JCE

Et la relève?

Autre souhait, en forme de regret: solliciter plus de vocations. «Il faudrait que le BCN Tour amène plus de jeunes vers des sports comme l'athlétisme ou la course à pied», lance Florian Lorimier. «Christophe Stauffer et Jean-Michel Aubry demeurent nos meilleurs coureurs. Ils sont devant depuis 15 ans. Je n'ai rien contre eux - j'ai entraîné longtemps Christophe et le conseille toujours - mais cela démontre qu'il n'y a pas beaucoup de relève.» /jce

Le profil du jour

Le BCN Tour effectue son retour à La Sagne après dix ans d'absence. Comme il y a dix ans - ça ne rajeunira personne... - l'épreuve servira de prélude à la Fête villageoise de cette fin de semaine.

Pour cette étape, Christophe Otz a décidé d'innover en traçant le parcours principalement sur le versant sud de la vallée. Les coureurs partiront du collège de La Sagne en direction de La Sagne-Eglise sur la route cantonale. Le sprint Garmin est fixé à la hauteur de la Cure. C'est à partir de là que le parcours s'élèvera dans la forêt du Communal. «Le seul secteur délicat se situe juste avant le ravitaillement», avertit Christophe Otz. «Les travaux de bûcheronnages ont un peu abîmé le chemin.»

Les coureurs se dirigeront vers la Corbatière et passeront sous le sous-voies pour traverser la vallée. Le retour se fera par les Côtes. Les coureurs rallieront le chemin menant au Mont-Dar et reviendront par le terrain de football en direction de l'arrivée, située aux abords du collège. Avec 219 mètres de dénivellation positive et 10,2 km de distance, cette quatrième étape est l'une des moins difficiles de l'épreuve.

Grosse particularité de ce mercredi, les transports. Comme déjà annoncé, les TRN et Sport Plus offrent la gratuité sur les trajets depuis La Chaux-de-Fonds et Les Ponts-de-Martel. Sur présentation de leur dossard, les participants pourront embarquer gratuitement dans les trains mis à disposition. Ceux-ci partiront toutes les heures dès 15h04 de La Chaux-de-Fonds et dès 15h32 depuis Les Ponts-de-Martel. Pour le retour, les départs sont prévus à 18h42, 19h42, 21h58 et 22h58 en direction de La Chaux-de-Fonds; à 19h18, 20h18, 22h32 et 23h32 vers Les Ponts-de-Martel.

Les places de parc étant très limitées à La Sagne, les véhicules seront parqués à La Corbatière. Des navettes emmèneront les concurrents au départ toutes les 15 minutes. L'opération inverse se déroulera pour le retour. /jce


Classement après trois étapes

Messieurs

Toutes catégories: 1. Ermias Mehreteab (Neuchâtel) 1h57'09''. 2. Jean-Michel Aubry (Cortaillod) à 4'55''. 3. Alexandre Rognon (F-Le Bélieu) à 6'56''. 4. Pascal Schneider (La Brévine) à 8'41''. 5. Claude Därendinger (Concise) à 12'14''. 6. Christophe Tissot (F-Montlebon) à 12'31''. 7. Raphaël Dubail (Muriaux) à 12'39''. 8. Negash Mulugata (Neuchâtel) à 12'54''. 9. Gilles Aeschlimann (Le Locle) à 14'10''. 10. Christophe Meier (Bullet) à 14'14''.

Elites (20-29 ans): 1. Ermias Mehreteab 1h57'09''. 2. Alexandre Rognon à 6'56''. 3. Claude Därendinger à 12'14''.

Seniors I (30-39 ans): 1. Jean-Michel Aubry 2h02'05''. 2. Pascal Schneider à 3'46''. 3. Christophe Tissot à 7'36''.

Seniors II (40-49 ans): 1. Jean-Claude Coste (F-Orchamps-Vennes) 2h14'33''. 2. Fabio Maini (Corcelles) à 0'48''. 3. Daoud Ahansal (Cressier) à 1'46''.

Vétérans I (50-59 ans): 1. Harry Huber (La Chaux-de-Fonds) 2h18'33''. 2. Jean-François Junod (Boudry) à 2'34''. 3. Bernard Geiser (Dombresson) à 6'10''.

Vétérans II (60 ans et plus): 1. Yves Tissot (F-Les Grangettes) 2h40'08''. 2. Armin Schaller (Neuchâtel) à 2'41''. 3. Claudy Rosat (La Brévine) à 3'25''.

Juniors (16-19 ans):1. Sylvain Amstutz (Les Sagnettes) 2h19'04''. 2. Fabrice Grandjean (La Chaux-de-Fonds) à 5'28''. 3. Quentin Seewer (Couvet) à 6'24''.


Dames

Toutes catégories: 1. Laurence Yerly (Dombresson) 2h20'53''. 2. Nathalie Fahrni (Rochefort) à 13'32''. 2. Anne-Caroline Graber (La Neuveville) à 14'13''. 4. Crystel Matthey (Colombier) à 15'10''. 5. Aurélie Germann (F-Longevilles Mont d'Or) à 16'40''. 6. Anouk Matthey (Cortaillod) à 17'50''. 7. Géraldine Bach (Bevaix) à 18'44''. 8. Evelyne Gaze Stauffacher (Dombresson) à 20'43''. 9. Valérie Duvoisin à (Boudevilliers) 21'06''. 10. Marion Cochand (Le Landeron) à 23'14''.

Dames I (20-29 ans): 1. Crystel Matthey 2h36'03''. 2. Aurélie Germann à 1'30''. 3. Marion Cochand à 8'04''.

Dames II (30-39 ans): 1. Laurence Yerly 2h20'53''. 2. Nathalie Fahrni à 13'32''. 3. Anne-Caroline Graber à 14'13''.

Dames III (40-49 ans): 1. Anouk Matthey 2h38'43''. 2. Myriam Meylan (Marin) à 6'03''. 3. Catherine Marthaler à 6'19''.

Dames IV (50 ans et plus): 1. Martine Pfeiffer (Le Locle) 2h44'19''. 2. Monique Bach (Bevaix) à 2'44''. 3. Doryane Schick (Noiraigue) à 7'07''.

Juniors (16-19 ans): 1. Géraldine Bach 2h39'38''. 2. Lauriane Fatton (Noiraigue) à 9'54''. 3. Alice Schaad (Boudry) à 10'19''.