Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Fournier et Yerly intouchables

Le Vaudois et la Vaudruzienne signent la passe de trois aux Ponts-de-Martel.

10 mai 2012, 07:22
data_art_6014758

Pierre Fournier et Laurence Yerly sont intouchables sur ce BCN Tour. Trois étapes, trois victoires, la dernière hier soir aux Ponts-de-Martel. Prolongeant l'orage d'avant course, le Vaudois et la Vaudruzienne ont fusé comme des éclairs sur ce tracé parfois boueux et glissant. Mulugeta Negash (2e) et Pascal Schneider (3e) chez les hommes, ainsi que Pauline Purro (2e) et Lucia Lauenstein (3e) chez les dames complètent les podiums.

"Je suis parti vite, car j'avais reconnu le parcours et je savais qu'il y avait deux grosses montées au début. Je voulais les aborder avec un écart sur Gilles Bailly, qui est très fort dans les ascensions" , explique Pierre Fournier. "Il est d'ailleurs revenu sur moi et a même pris quelques longueurs d'avance." C'est finalement dans la descente que le Vaudois a sorti la panosse pour faire le ménage. "En bas, sur les longues lignes droites de plat, c'était dur", avoue le leader du BCN Tour. "J'étais un point de mire pour les autres, il fallait tenir le rythme."

 

Schneider troisième

 

Pierre Fournier s'impose avec 38 secondes d'avance sur Mulugeta Negash, son dauphin au général, et 41 secondes sur Pascal Schneider, qui a manqué de peu d'égaler son meilleur résultat sur le Tour. "J'ai déjà fait une fois deuxième il y a quatre ou cinq ans, et déjà aux Ponts-de-Martel, derrière Jean-Michel Aubry" , sourit le Brévinier, relégué en bordure de podium après un sprint avec le Neuchâtelois. "C'est la jeunesse qui paie, il n'y a pas de miracle, j'étais cuit" , reprend Pascal Schneider. "J'ai cru un moment que ça irait, mais non!" Pour le leader des seniors II, bien déterminé à défendre son maillot, la pluie tombée avant l'étape avait une saveur d'eau bénite. "J'aime quand c'est gras, quand ça glisse... C'est peut-être difficile pour la majorité du peloton, mais moi j'adore courir là-dedans!"

 

Purro malgré la boue

 

Chez les dames, Laurence Yerly a cueilli un 33e bouquet sur le BCN Tour. L'athlète de Cernier a coupé la ligne avec 2'39'' d'avance sur Pauline Purro - qui a signé le week-end dernier à Antalya son meilleur résultat (20e) dans une Coupe d'Europe de triathlon - et 3'24'' sur Lucia Lauenstein. "Je suis rentrée lundi de Turquie" , souffle la Chaux-de-Fonnière. "Je me suis dit qu'il fallait que je vienne pour garder mon maillot jaune (réd: dames 1). J'ai couru avec un copain (réd: qui s'est plaint de la voir discuter tout au long du parcours...) qui m'a bien motivée. J'ai de la peine dans la boue, ça me stresse. Si je me tords une cheville, ma saison est terminée."

Le BCN Tour, pour la jeune triathlète, c'est un peu d'entraînement et beaucoup de plaisir. "Je viens pour l'ambiance, revoir des amis et aider mon équipe, les artisans boîtiers." Les objectifs de Pauline Purro sont ailleurs. "Outre les championnats de Suisse, je vise les Coupes d'Europe et une qualification pour les Européens M23. Et j'aimerais augmenter mes points au classement mondial - j'ai marqué les premiers ce week-end - pour bénéficier d'une meilleure place au départ. En Turquie, j'étais tout au bout du ponton de natation. Ce sera déjà mieux la prochaine fois."

 

Maillot jaune menacé

 

On termine avec la menace du soir. Pierre Fournier, qui n'a pas couru hier avec son maillot de leader du BCN Tour - "Je l'ai donné la semaine dernière à un gamin et je suis arrivé à la bourre aujourd'hui" , plaide le Vaudois -, risque la disqualification s'il ne court pas en jaune la semaine prochaine à Colombier. "Premier ou pas, c'est le règlement", assène Michel Sinz, de Sport Plus. "On n'espère pas en arriver là. Mais les coureurs doivent comprendre que pour nous, pour nos sponsors, ces maillots distinctifs sont importants."

Votre publicité ici avec IMPACT_medias