En 2009, la 25e édition de la Marche du 1er mars

Petits ou grands, des événements ont marqué la région, la Suisse, le monde. Nous les remettons au goût du jour grâce à nos archives. Ce dimanche, nous revenons sur la 25e Marche du 1er mars en 2009 à travers le canton de Neuchâtel.

24 févr. 2019, 10:00
Château des Monts au Locle en 2009: c’est parti pour la 25e Marche du 1er Mars.

En ce 25 février 2009, les préparatifs de la 25e Marche du 1er mars sont quasiment terminés. «Célébrer le 1er mars: Alexandre Houlmann souhaite que ça continue», lit-on dans la presse quotidienne neuchâteloise. Il s’apprête à céder la présidence du comité d’organisation à Catherine Hütther.

En savoir plus : Les archives de nos journaux

«Je suis Vaudoise et Québécoise. J’ai épousé un Chaux-de-Fonnier. Depuis que je suis arrivée, je l’ai faite. Je me suis vite impliquée. C’est une façon de se remémorer comment nos ancêtres ont fondé ce coin de terre», glisse-t-elle malicieusement.

L’objectif de la marche? «Se souvenir mais aussi véhiculer les valeurs républicaines», répond Alexandre Houlmann. C’est est aussi «un grand rassemblement de tous les courants, de toutes les idées. On peut refaire la République», relève-t-il en souriant.

Pour la 25e édition, aucun grand raout n’est prévu. Deux points de départs sont prévus: Le Locle et le Val-de-Travers.

Le dimanche 1er mars, «en fin de journée, sur la place de la Collégiale à Neuchâtel, les six cents marcheurs n’ont pas eu droit à une nouvelle allocation, mais à des tirs de canon effectués par le Bataillon 13 de Fribourg», lit-on dans les journaux.

«La journée s’est bien passée. La météo n’a pas fait de surprise désagréable», commente Alexandre Houlmann. Vendredi 1er mars 2019, dix ans plus tard, les marcheurs, au départ du Locle ou de Môtiers, prendront part à la 35e édition.

Parallèlement, depuis 2014, la Marche du 1er mars compte parmi les huit traditions vivantes qui feront l’objet d’une candidature auprès des listes du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco.