Réservé aux abonnés

En 1815, Neuchâtel rêvait de devenir un grand canton

Le vallon de Saint-Imier, Tramelan, La Neuveville, Grandson et la rive droite du Doubs, du château de Joux aux Brenets: en 1815, les prétentions territoriales de Neuchâtel au Congrès de Vienne étaient de taille. Il a dû se contenter du Cerneux-Péquignot.
11 oct. 2019, 19:00
Le conseiller d'Etat neuchâtelois Laurent Favre sur la frontière franco-suisse au Cerneux-Péquignot. La date de 1819 se lit distinctement sur la borne.

Il y a des symboles qui ne se refusent pas. En lançant la semaine dernière sa campagne de restauration de bornes frontière, l’Etat de Neuchâtel a opportunément choisi Le Cerneux-Péquignot. Cela fait en effet 200 ans que le petit village voisin de La Brévine est neuchâtelois. Et c’est une des dernières fois qu’a été retouchée la frontière entre le canton et les territoires voisins. Une retouche modeste, que certains, à l’époque, auraient voulue bien plus importante.

...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois