Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Christophe Alévêque, pas drôle et pas du tout "Impartial"

Jeudi, le (tout) petit plaisantin Christophe Alévêque jouait son tout dernier spectacle "Je dis non non non non", au casino-théâtre du Locle. Alors qu'il entamait une revue de presse comparée entre la Suisse et la France, l'humoriste a fait passer un sale quart d'heure à "L'Impartial".

06 févr. 2015, 11:17
Notre journaliste n'a pas laissé passer cet affront et est de ce pas allé s'expliquer avec l'humoriste.

Après "Le Temps" et "Le Matin", voilà que l'humoriste français brandit "L'Impartial" du jour en poussant un cri de surprise. Mains sur la bouche, il hurle "Non! C'est pas vrai?!", avant de regarder la salle pleine du Casino du Locle, avec un de ces regards ahuris dont il a le secret. "Un passage à niveau qui a un grain..." La salle explose de rire. Le comique sait y faire, il parlait quelques minutes plus tôt de l'actualité française du début d'année, évidemment bien moins terrible que les news chaux-de-fonnières du jour. "Attendez! Ce n’est pas fini! Un grain... de sel! Quelle horreur!"

La salle rit aux larmes, Alévêque surfe sur la vague et ouvre "L'Impartial" à la page 7. Le journaliste, auteur du papier, s'enfonce dans son siège. Il sait qu'il est foutu. Pendant près de cinq minutes, Christophe Alévêque parcourt le texte relatant le gravissime dysfonctionnement d'une signalisation lumineuse. En cause, le salage des routes (réd: notre édition de jeudi). Le public est conquis, notre journaliste aussi. Si certains récitent du Shakespeare, lui, se fait citer par Alévêque. Et sur ses terres, qui plus est! La consécration.

En fin de spectacle, le journaliste se présente tout de même au comédien, question de principe (ou d’honneur, c’est selon). "C'est vous qui riez de mon travail? On fait moins le malin face à face, hein?" Il faut dire qu'Alévêque est plus impressionnant sur scène et que notre journaleux le dépasse d'une bonne tête. "Je le fais à tous mes spectacles, avec la presse locale", lance l'artiste, pour une fois consensuel. "C'était du pain béni celui-ci, non?", enchaîne le rédacteur. "Il était très bien, oui. Envoie-moi ton prochain papier!", assène Christophe Alévêque, narquois. Un grand homme... enfin, façon de parler!

Votre publicité ici avec IMPACT_medias