Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le crash était un exercice

Simulation d'accident d'avion aux Eplatures Vers 8h15 hier matin, un piper avec deux personnes à bord s'est crashé à l'atterrissage à l'aéroport des Eplatures, contre le talus en face de l'usine PX. La nouvelle, qui a alarmé les secours comme notre rédaction, était fausse. C'était un exercice...

07 mai 2006, 12:00

«D'après les normes internationales, les aérodromes doivent subir tous les trois ans un exercice complet», a expliqué deux heures plus tard lors d'une conférence de presse (qui fait partie du plan) l'adjoint du chef de section à l'Office fédéral de l'aviation civile, Peter Tschümperlin, l'instigateur du faux crash. Le but? Tester le plan d'urgence de l'aéroport.

A première vue, l'inspecteur a jugé l'exercice réussi. Un rapport suivra. «Le temps d'intervention est très important, pas plus que trois minutes». Le - seul - camion d'extinction de la place d'aviation était en batterie une minute et 50 secondes après l'accident. Le SIS est arrivé six ou sept minutes après, dans les temps. «C'est très bien que la caserne du SIS se trouve si près de l'aérodrome. Ce n'est pas souvent le cas» a noté Peter Tschümperlin.

L'alarme en cascade a mobilisé une quarantaine de personnes (16 du SIS, 22 policiers, deux employés de l'aéroport) et huit véhicules, dont deux ambulances, ont calculé l'officier de piquet de la police, l'adjoint au chef de la sûreté Frédéric Hainard, et celui du SIS, le capitaine Thierry König.

Pour simuler le crash, on est allé chercher l'épave de piper à Genève, mise à disposition par la sécurité de Cointrin. Le feu a été bouté dans trois bacs autour de la carcasse. Dix-huit mille litres d'eau sont partis en mousse, «parfaitement biodégradable», a précisé le capitaine König.

L'exercice n'est pas passé inaperçu. La police a tiré un cordon de sécurité du centre commercial Carrefour au giratoire du Grillon, interrompant le trafic. Les automobilistes qui sont passés ensuite devant l'épave ouvraient de grands yeux, ne sachant si c'était pour de bon. Heureusement non... / ron

Votre publicité ici avec IMPACT_medias