Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés 9

«Je suis très croyant, je crois en l’univers»

Il était inévitable, hier, d’évoquer les superstitions du vendredi 13. Il y a six mois, il fut funeste, à Paris. Yuri Buenaventura, son tromboniste et LiA, sur scène hier soir, témoignent.

14 mai 2016, 01:04
Portrait de Yuri Buenaventura



La Chaux-du-Milieux, le 13.05.2016



Photo : Lucas Vuitel

Monter sur scène un vendredi 13. «Superstition, es-tu là?», se demandait-on hier, à La Chaux-du-Milieu, en regardant, dans le noir des yeux, le corbeau, symbole croassant du Corbak.

«Je n’en cultive aucune. Car, dès lors que les gens en nourrissent, ils donnent naissance à des pensées allant dans ce sens et ils créent des événements qui les corroborent», répondait Yuri Buenaventura, avant le soundcheck avec ses musiciens en vue de son concert, en dernier, sur la grande scène, juste avant minuit. «La superstition est une fréquence qu’on est en mesure de traverser, qui provient souvent de l’observation d’un phénomène cyclique. Donc je ne m’inquiète pas.»

L’artiste, d’origine colombienne, déjà venu au Corbak il y a une dizaine d’années, explique à ce stade qu’il est «très croyant». Il se fait alors plus précis. «Je crois en l’univers, dans lequel, grâce à la musique, je peux circuler, pour ensuite en...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias