Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Villes à gauche, campagne à droite

Stabilité de mise sur un plan général à un an des cantonales.

06 juin 2016, 02:25

Les élections communales neuchâteloises de ce week-end n’ont entraîné aucun séisme politique majeur – hormis l’éviction de certains élus. De plus, neuf communes n’ont pas désigné leurs représentants aux législatifs et aux exécutifs, votations sur les fusions obligent. Elles devront le faire l’automne prochain. Ce qui aurait été aussi le cas si les fusions avaient été acceptées.

Mais, si les enjeux locaux atténuent le résultat global, ils permettent tout de même de tracer une esquisse du paysage politique neuchâtelois à moins d’un an des prochaines élections cantonales.

Hier 673 sièges devaient être repourvus. Premier constat, et ce n’est pas une surprise, les villes votent à gauche, tandis que la campagne tend à pencher plus à droite, y compris à Val-de-Ruz et Val-de-Travers.

Le Parti libéral-radical, le PLR, reste la principale force du canton et ne perd qu’un seul siège sur ceux qu’il détenait dans les communes concernées par les élections...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias