Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Usine et maisons de Chapallaz

Dans les événements Art nouveau à La Chaux-de-Fonds, le nom de René Chapallaz, architecte, apparaît souvent accolé à celui de Charles L'Eplattenier et de Charles-Edouard Jeanneret, futur Le Corbusier. Ce fut le professionnel qui a apporté ses connaissances techniques et une crédibilité architecturale à la démarche d'oeuvre totale de l'Art nouveau, englobant la construction de bâtiments.

10 mai 2006, 12:00

Une exposition ouverte samedi dernier à Tavannes apporte un éclairage bienvenu. Né en 1881 à Nyon, René Chapallaz a été formé dans un bureau zurichois avant d'être engagé chez Ed. Piquet, architecte-constructeur à La Chaux-de-Fonds. Il collaborera en 1902 à la construction de la villa de Charles L'Eplattenier, «composée avec le modèle vernaculaire de la ferme neuchâteloise» (in Jacques Gubler, «Inventaire suisse d'architecture»). Suivront, en 1906-1907, la villa Fallet, manifeste collectif de l'Ecole d'art, puis les villas Stotzer et Jaquemet, avec son associé Charles-Edouard Jeanneret.

Parallèlement, dès 1905, l'architecte est chargé par Henri Frédéric Sandoz, horloger loclois établi à Tavannes, de dessiner les plans de son usine, Tavannes Watch Co. L'industriel lui confie aussi la construction de maisons pour les cadres dans la cité-jardin de Sonrougeux. Une démarche passionnante présentée dans l'exposition par des documents puisés dans le riche Fonds Chapallaz de la Bibliothèque de la ville (BV) de La Chaux--de-Fonds. Où René Chapallaz a poursuivi une longue carrière, avant de s'éteindre en 1976. On lui doit de nombreux bâtiments, usines, villas, musée, cinéma, etc. / IBR

Tavannes, Le Royal, exposition et cycle de manifestations, jusqu'au 10 septembre

Votre publicité ici avec IMPACT_medias