Une baffe allemande nommée Dew Scented

26 oct. 2010, 11:42

CRITIQUE - PAR SÉLIM BIEDERMANN

Une ligne de basse qui secoue les entrailles comme un rouleau compresseur. Cette phrase résume d'un seul trait le coup de massue que le public a encaissé vendredi à Bikini Test. La formation Dew Scented, grosse cylindrée de la nouvelle scène metal allemande, est venue balancer une «set list» d'une bonne heure à La Chaux-de-Fonds, pour la première date de sa tournée européenne.

Droit. Tout droit. Mêlant brutalité à l'ancienne et «riffs» complètement trash, le groupe n'a guère laissé place à l'improvisation. Influencée par les mythiques compositions de Slayer, sa musique est carrée, sans anicroche, et d'une rapidité à faire pâlir les amoureux d'un style plus lourd et lent.

Après une bonne dose de «blasts», les cinq rockeurs d'outre-Bavière ont tout de même ralenti le rythme avec un morceau moins intense en notes. Et le chanteur de lâcher au public: «Vous avez eu assez de «trash» pour ce soir?» L'assistance, pas rassasiée pour un sou, répond par la négative. O.K.! Les musiciens repartent comme une bombe: de quoi laisser pantois. Mais difficile de rester stoïque, les jambes et la tête bougent toutes seules.

Bien que la salle ne se soit de loin pas remplie, les fans présents ont mis l'ambiance. Le groupe, qui a pourtant l'habitude de jouer devant davantage de personnes, était ravi. Les connaisseurs aussi: «C'est la quatrième fois que je les vois, c'est trop bien!» Le rockeur chaux-de-fonnier «Zimi» a pris son pied. «Avec eux, tu n'es jamais déçu, tu n'es jamais surpris. Leur musique est ultraprécise, il n'y a pas une fausse note.»

Pourtant, le batteur étant malade, c'est une connaissance du groupe qui l'a remplacé. Ne commettant aucune erreur, il a magistralement fait oublier cette absence. Sans lésiner sur la double-pédale, le remplaçant du soir a mis tout le monde d'accord, tapant frénétiquement sur ses toms et ses cymbales. Pris dans le tempo, ses compères ont envoyé la sauce, ponctuant le tout par quelques solos de guitare bienvenus: la touche mélodique de leurs compositions.

Les Allemands maîtrisent leurs instruments comme si c'était des joujoux à deux francs! Un jeu d'enfants.