Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Une affiche pour les Amplitudes

11 mars 2007, 12:00

Les Amplitudes ont trouvé l'affiche de leur édition 2007. Le festival international de musique contemporaine de La Chaux-de-Fonds, qui se déroulera du 8 au 13 mai prochain, s'est adressé pour la seconde fois à la classe de graphisme de l'Ecole d'art, afin de choisir sur concours l'affiche qui illustrera sa troisième manifestation.

Les travaux de trois élèves ont été primés. Le lauréat, Dimitri Jeannotat, verra son affiche réalisée. Une enveloppe de 1000 francs est venue récompenser son travail. Le deuxième prix (600 francs) est allé à Valentine Pizzera, le troisième (400 francs) à Christian Lack.

Comme base de réflexion, le comité des Amplitudes a donné à méditer aux élèves la philosophie de ce festival «musique ouverte», ainsi que l'?uvre du compositeur invité, l'italien Salvatore Sciarrino, prix Mozart 2006 de la Ville de Salzbourg.

«La présence du compositeur est très importante pour le festival», rappelle Jean-François Lehmann, président des Amplitudes. C'est notamment cette présence physique qui a inspiré le lauréat du concours: «La rencontre entre le compositeur et le public, l'inattendu qui peut en découler», explique Dimitri Jeannotat en recevant son prix.

Après Luc Ferrari en 2003 et Georges Aperghis en 2005, le festival biennal s'est tourné vers Salvatore Sciarrino, un compositeur «chez qui domine l'idée des contrastes», explique Jean-François Lehmann. «Il est capable d'écrire une pièce exubérante pour piano seul, tout comme il est capable de faire chuchoter un ensemble de 200 instrumentistes. Il a un rapport très fort à la tradition, qu'il exploite dans ses compositions, ce qui rend facile l'approche de sa musique».

Festival basé d'abord sur la création, les Amplitudes offriront cette année sept pièces en première écoute, toutes de compositeurs helvétiques. «Nous n'avons pas de création de Sciarrino, il est très demandé et donc très occupé». L'avantage de travailler avec un compositeur qui prend part au festival, c'est que celui-ci amène avec lui ses musiciens fétiches, tout en profitant des forces qu'il trouve sur place. «C'est un échange dynamique très important», relève Jean-François Lehmann, qui se félicite du stimulant que la philosophie du festival a été pour les élèves de l'Ecole d'art: «Toutes les affiches du concours étaient intéressantes». / sab

Votre publicité ici avec IMPACT_medias