Un sursis pour les collèges du Valanvron et du Bas-Monsieur

On respire du côté des parents d'élèves du Valanvron et du Bas-Monsieur. La direction générale de l'école obligatoire de La Chaux-de-Fonds a accepté jeudi soir de rouvrir le dossier concernant la fermeture, dès août prochain, des deux collèges.

03 avr. 2015, 16:55
 Le college du Valanvron.

photo sp, La Chaux-de-Fonds, 2004

On respire un peu du côté du Valanvron et du Bas-Monsieur. Suite à la rencontre très émotionnelle entre les parents d'élèves et la direction de l'école obligatoire de La Chaux-de-Fonds jeudi soir, cette dernière a accepté de rouvrir le dossier quant à la fermeture des deux écoles. "Je crois qu'on a su montrer qu'on était des parents soucieux de leur école, qui allaient se battre et qu'on était orientés solutions", rapporte Nancy Kaenel-Rossel, maman de trois enfants dont un qui pourrait être scolarisé au Valanvron à la rentrée.

Le comité des parents, qui devrait être créé très prochainement, souhaite ainsi rencontrer Nathalie Schallenberger, conseillère communale en charge de l'instruction publique, au plus vite, afin de lui faire part de leur doléance. Pour rappel, la décision de fermer les classes au Valanvron et au Bas-Monsieur ne relève toutefois pas du législatif communal mais bien du cercle scolaire de La Chaux-de-Fonds.

Parallélement à cela, les parents vont également prendre contact avec des familles susceptibles d'accepter de scolariser leurs enfants au Valanvron et au Bas-Monsieur. Le but: atteindre les 18 élèves de moyenne, synonyme de survie pour ces collèges. Et Nancy Kaenel-Rossel d'évoquer par exemple des familles installées dans les quartiers de la Sombaille, de l'Hôpital ou encore à la fin de la rue Fritz-Couvroisier. "On a bien conscience que ce n'est pas évident, surtout si les enfants sont déjà scolarisés", nuance la mère de famille. "Mais cela c'est déjà vu au Bas-Monsieur où des familles installent en ville demandent expressément à ce que leurs enfants soient scolarisés à la campagne. Au moins, on aura tout essayé pour sauver notre école."

Pour rappel, lundi dernier, la direction générale avait fait savoir que les deux écoles fermeraient leurs portes à la rentrée 2015, faute d'effectifs suffisants.