Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Toute l'histoire des Moulins souterrains racontée aux petits

A l'époque, au fond des Moulins du Col, il y avait très très peu de lumière et énormément de bruit. Un livre vient de sortir de presse, pour faire comprendre aux enfants, à travers l'histoire de deux autres enfants, comment fonctionnaient ces moulins en un temps où ils étaient en pleine activité. A découvrir samedi, lors de la Journée suisse des moulins. «Isidore, Judith et les moulins souterrains», c'est un délicieux petit livre signé Caroline Calame, conservatrice des Moulins du Col, pour les textes, et Sunila Sen-Gupta, collaboratrice scientifique au Musée d'histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds, pour les illustrations. Il a été tiré à 1000 exemplaires en français et autant... en allemand.

02 mai 2008, 12:00

L'allemand, ou le suisse allemand, c'est une langue qu'on entend largement parler lors des visites aux Moulins. Et les enfants constituent un public dont la conservatrice raffole. «Les meilleures questions, les questions les plus logiques, c'est eux! Et ils ne s'en laissent pas conter. Il ne faut pas leur raconter des histoires...»

Mais une histoire, c'est bien ce qu'on leur raconte (le livre est destiné aux kids dès 10 ou 12 ans), et à travers elle, on leur fait découvrir le fonctionnement des moulins. A la première page, un jeune garçon, Isidore, s'endort dans un pré au retour d'une visite de classe aux Moulins. Il rêve. Et, hop, se retrouve catapulté au 18e siècle, époque choisie par la narratrice car riche en témoignages de voyageurs. Dans la fiction, Isidore est le fils d'une aristocrate parisienne, Mme de Gauthier, et rencontre la fille d'un meunier, Judith, un malicieux petit lutin qui n'a pas peur de grand-chose et se charge de l'escorter parmi les mystérieux méandres de ces moulins souterrains.

A préciser que si les deux jeunes héros sont de pure fiction (encore qu'un ancien propriétaire des Moulins avait une fille prénommée Judith), tous les personnages adultes ont vraiment existé. Cette Mme de Gauthier, notamment, qui séjournait à La Chaux-de-Fonds. Pour la traduction allemande, Mme de Gauthier a laissé sa place à Frau von Krock, autre voyageuse parfaitement authentique. Judith et Isidore ont été transformés en Margrit et Jonathan, mais le principe reste le même. On se demande juste comment les traducteurs - Calliope, basé à Môtiers - ont fait pour traduire des expressions typiquement montagnonnes, genre «qué toi». Il doit bien y avoir un équivalent...

Sunila Sen-Gupta a illustré cette histoire avec des planches pleines de gaieté, et avec un beau travail de documentation dans les coulisses. Elle est même allée au Musée d'histoire, pour dessiner dans les règles de l'art le costume d'un jeune noble du 18e. Les originaux des illustrations sont exposés aux Moulins jusqu'en septembre. Ce livre sera dévoilé demain, lors de la Journée suisse des moulins, qui s'assortit d'ateliers pour les enfants. Sunila Sen-Gupta leur proposera de réaliser des dessins de la grotte, et ils pourront aussi apprendre à utiliser différents moulins, moulin néolithique, moulin romain ou même moulin à café. / CLD

Journée suisse des moulins, samedi de 10h à 17h aux Moulins souterrains du Col-des-Roches. Tarif réduit. Ateliers gratuits pour les enfants. Vente du livre «Isidore, Judith et les moulins souterrains».
Votre publicité ici avec IMPACT_medias