Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Témoignage d'un garagiste blessé

28 mai 2008, 12:00

«Je ne souhaite pas ça, même à mon pire ennemi!» Etienne Geiser a retrouvé la liberté. Le garagiste de Saint-Imier avait été embarqué par la police économique bernoise le 16 avril (voire notre édition du 23 avril). Il a quitté sa cellule riquiqui de la capitale fédérale le 16 mai. «Carrément pas de contact avec l'extérieur, ni téléphone. C'était 23 heures d'isolement complet. C'est dégradant. Je suis blessé et révolté.»

Lâchée par sa banque, la SA Touring Fiorucci se trouve confrontée à de graves problèmes de liquidités dans le courant 2007. Cette situation sans issue débouche sur un ajournement de faillite, puis sur un sursis concordataire dont l'issue sera connue dans une dizaine de jours. Un des administrateurs de la SA, Etienne Geiser, jongle comme il peut. Son but: préserver les quelque 35 emplois de l'époque du garage du Touring à Saint-Imier. La casse est inévitable. Spécialisée dans le leasing, la Banque-now n'aurait pas produit sa créance (1,6 million) dans les délais. Elle dépose plainte pour abus de confiance et c'est le début des ennuis judiciaires pour ce passionné de 35 ans, amoureux de la région et des gens qui l'animent. «En 1996, le chiffre d'affaires du garage atteignait 2 millions. Dix ans plus tard, il s'établissait à 27 millions. Je me suis donné corps et âme pour cette entreprise. Et maintenant, je passe pour un escroc. Non!»

L'homme l'admet lui-même: il est admiré ou détesté. «Mais au moins, on me respecte. Tout le monde commet des erreurs. J'entends prouver ma bonne foi. Chaque bénéfice a été investi dans l'affaire. Avec le recul, c'était peut-être une erreur. On aurait sûrement mieux fait de capitaliser que d'investir sur l'avenir.»

Le juge en charge du dossier est intraitable. Il ne pipe mot, se réfugiant derrière le secret de l'instruction. Rainier... Geiser (!) se contente d'affirmer que «l'enquête est loin d'être bouclée». Dans l'attente de son jugement, l'autre Geiser, Etienne, est présumé innocent. Pour l'instant, il n'a pas été inculpé de quoi que ce soit. Sous médicaments, il entend rebondir. «Je ne suis pas animé d'un esprit de vengeance. Mais je tiens à prouver que tout ce que nous avons créé, ce n'est pas pour rien.» Ce conseiller à la clientèle va continuer à travailler dans le milieu de l'automobile. Sa pire crainte? Que ses clients et fournisseurs le lâchent.

Car l'Imérien est étroitement lié à trois autres sociétés. Dont GL Import, qui exploite depuis le 1er janvier 2008 le garage du Touring (à la place de Touring Fiorucci SA), le garage du Midi à Saint-Imier et Point Pneus à La Chaux-de-Fonds. «Tous nos engagements ont été respectés. Personne ne se verra reprendre sa voiture s'il paie ses mensualités de leasing.» C'est le risque de collusion qui a vu Etienne Geiser croupir un mois dans une cellule de trois mètres sur quatre. «La Touring Fiorucci SA, c'est désormais derrière.»

Pour sûr qu'il n'a pas dit son dernier mot. / gst

Votre publicité ici avec IMPACT_medias