Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Tacconi blâme l'entraîneur et annonce son départ du FCC

Après une semaine de silence, le président du FCC Antonio Tacconi s'exprime. Il annonce avoir envoyé une lettre d'avertissement à Vittorio Bevilacqua, auquel il maintient sa confiance, et il assure qu'il quittera le club au terme de la saison. Dans le psychodrame qui secoue le FCC depuis jeudi passé et l'agression de Vittorio Bevilacqua à l'encontre d'Alexandre Barroso, un acteur, le plus important, ne s'était pas encore exprimé personnellement. Le président Antonio Tacconi a finalement décidé de briser le silence, lors d'un bref entretien téléphonique. Cela suffira-t-il pour débloquer la situation?

14 mars 2008, 12:00

M. Tacconi, que vous inspire la situation que vit le FCC?

Je suis terriblement déçu. Cette histoire a dépassé toutes les limites logiques. Je ne peux que demander aux joueurs de faire machine arrière et de montrer qu'ils tiennent au FC La Chaux-de-Fonds sur le terrain. De notre côté, nous avons toujours pensé au bien du club. Nous avons d'ailleurs fait le nécessaire pour l'obtention de la licence pour la saison prochaine

Mais les joueurs ne veulent plus de Vittorio Bevilacqua comme entraîneur!

C'est une attitude infantile! Même mon fils qui est à l'école maternelle ne se comporterait pas de cette manière. J'aurais éventuellement compris cela de la part de Barroso, mais le fait que toute l'équipe réagisse de la sorte dépasse l'entendement. La plupart des joueurs sont des professionnels!

Le risque que l'équipe ne joue pas à Bâle samedi est réel. Que se passerait-il dans ce cas?

Je ne veux même pas y penser. Si les joueurs se prennent pour des super-héros, pensent qu'ils peuvent prendre en otage le président du club, ils commettent une grave erreur. Un bain d'humilité et une remise en question me semblent indispensables. La poursuite du bras de fer conduit directement dans une impasse. Il risque d'y avoir de très sérieuses répercussions. Mais je compte sur l'intelligence des joueurs pour s'en rendre compte.

Pour débloquer la situation, il suffirait de licencier l'entraîneur...

Nous avons examiné la situation. Nous ne voulons en aucun cas minimiser les actes de Vittorio Bevilacqua. Nous lui avons d'ailleurs envoyé, par courrier, un avertissement officiel. Si une telle situation devait se reproduire, il serait limogé sur le champ. Maintenant, sans excuser sa faute, Vittorio Bevilacqua a fait beaucoup pour ce club, il s'est sacrifié et il a obtenu de bons résultats. Il a eu le tort de réagir à une provocation, mais à mes yeux il ne mérite pas de perdre sa place pour le moment.

Quand allez-vous venir à La Chaux-de-Fonds?

La semaine prochaine, vraisemblablement mardi ou mercredi (réd: pour le match FCC - Kriens). Cependant ce dernier épisode m'a conforté dans ma décision.

Laquelle?

Je ne serai plus le président du FCC la saison prochaine. Je souhaitais déjà me désengager le printemps passé. J'aurais été heureux de confier le club à des personnalités de la région, mais personne ne s'est présenté.

Qu'est ce qui a changé depuis lors?

Probablement pas grand-chose. Peu importe, ma décision est prise. Je ne peux plus sacrifier mon temps, ma famille et mon argent dans ces conditions. / ESA

Votre publicité ici avec IMPACT_medias