Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Sur une voie positive

Fernand Cuche juge que le projet de classement de la H20 en route nationale récompense la ténacité neuchâteloise. Il s?en réjouit pour les Montagnes mais ne mise pas que sur le trafic privé Le Conseil d'Etat neuchâtelois s'est officiellement «réjoui», hier, de la décision du Conseil fédéral d'englober dans le réseau des routes nationales l'actuelle H20 entre Neuchâtel et le Col-des-Roches. Selon lui, cette décision, qui doit encore être confirmée par les Chambres fédérales, «aura pour effet, à long terme, d'améliorer la qualité de vie dans les Montagnes neuchâteloises, notamment pour les habitants du Locle et de La Chaux-de-Fonds».

12 mai 2006, 12:00

Chef du Département de la gestion du territoire, Fernand Cuche y voit le résultat «positif» de 20 ans de démarches des autorités et parlementaires neuchâtelois. «Cela montre, dit-il, qu'il faut être tenace dans ses revendications.»

«Que l'on stabilise le trafic ou qu'on le diminue dans les Montagnes, on ne pourra pas continuer avec l'infrastructure actuelle, justifie le conseiller d'Etat écologiste. Il faudra bien sortir le trafic de transit de La Chaux-de-Fonds et trouver une solution pour la traversée de la ville du Locle.»

Parallèlement à la reconnaissance de l'importance de cet axe routier, le Conseil d'Etat cherche à développer les transports publics dans l'agglomération des Montagnes. Histoire d'éviter «l'envahissement de voitures» généré par les zones industrielles et les centres commerciaux.

Le Château négocie ainsi avec les CFF pour le rétablissement rapide de l'arrêt du Crêt-du-Locle. Une des autres solutions étudiées en partenariat avec la France voisine serait la création d'un parking dissuasif au Col-des-Roches, avec mise en place de navettes. Tous ces projets seront aussi auscultés avec la Confédération à l'aune des priorités à fixer en matière de transports d'agglomération.

Des millions en jeu

Ce reclassement devrait permettre d'entreprendre des travaux que le canton aurait eu de la peine à financer. Car les investissements en matière de route nationale sont entièrement pris en charge par la Confédération. Dès 2008, celle-ci payerait aussi l'entretien de tout le tracé de la H20, depuis Neuchâtel. Selon une estimation des Ponts et chaussées, celle-ci coûte actuellement plusieurs millions de francs par an. Autre conséquence qu'examinera le gouvernement: avec le classement de cet axe dans le réseau national, la Confédération deviendrait maître d'ouvrage. Une partie du personnel des Ponts et chaussées pourrait ainsi passer sous statut fédéral.

Le canton perdrait donc peut-être un peu d'autonomie, mais ferait des économies non négligeables. De l'argent à réinjecter sur le réseau cantonal qui, relève Fernand Cuche, «a bien besoin d'entretien». A ce titre, le chef de la Gestion du territoire se réjouit aussi que Berne projette de transférer la route cantonale Fleurier/ Sainte-Croix parmi les routes principales. Et de subventionner ainsi davantage ses rénovations. / AXB

Votre publicité ici avec IMPACT_medias