Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Stop aux hélicos

L'Etat désire interdire l'atterrissage d'hélicoptères sur le site de Maison-Monsieur. Le Conseil général l'a appris lundi soir Les hélicoptères ne pourront probablement plus déposer de touristes sur le site de Maison-Monsieur. Le Conseil général de La Chaux-de-Fonds l'a appris lundi soir par le conseiller communal Michel Barben.

25 janv. 2006, 12:00

Celui-ci répondait à une interpellation des Verts sur le fait que des vols d'hélicoptères étaient toujours constatés à cet endroit. Or, le groupe avait déjà déposé une interpellation dans ce sens, dont le Conseil général avait débattu en décembre 2002, puis en avril 2003. On lui avait répondu que la législation en vigueur était suffisamment complète pour limiter, voire restreindre les atterrissages en campagne à cet endroit car le devoir de conservation de la nature l'emportait. «L'autorité communale, avec l'approbation de l'Etat, est parfaitement compétente pour engager les démarches dans cette perspective. Le Conseil communal sera prochainement saisi du dossier.» Or, remarquaient les Verts, les atterrissages d'hélicoptères à Maison-Monsieur s'étaient même accrus. «Ces vols ont un caractère purement commercial ou de loisirs, puisque ces incursions ont lieu durant le temps d'un repas au restaurant voisin.» Ils rappelaient aussi que, selon l'arrêté communal du 20 juin 1990 concernant le survol du territoire communal par des hélicoptères, hormis l'aéroport, les hôpitaux et la police, «une autorisation doit être accordée par la Direction de police pour tous les autres vols en formulant une demande dix jours avant le vol».

Interpellation au Grand Conseil

«Il y a en tout cas une trentaine de mouvements par an, détaillait Philippe Lagger (Verts). Il est incompréhensible que cela reste impuni. C'est du tourisme de luxe. Les nombreux amoureux de ce site ne comprennent pas qu'on n'y mette pas fin.» Une interpellation dans le même sens a été déposée au Grand Conseil par Patrick Erard (Verts), puisque le canton est propriétaire du terrain.

Michel Barben a indiqué que, suite à l'interpellation Erard (réd: qui doit être traitée lors de la présente session du Grand Conseil), «l'Etat désire intervenir pour interdire les atterrissages à Maison-Monsieur. Il en informera le restaurateur et lui demandera de retirer l'invitation à venir à Maison-Monsieur en hélicoptère qui figure sur sa publicité. Cas échéant, l'Etat mettra le terrain à ban et poursuivra les infractions». Michel Barben a précisé que «l'Etat entend suivre l'évolution de cette pratique au niveau cantonal et prendre les mesures qui s'imposent». L'interpellateur s'est déclaré satisfait. /CLD

Votre publicité ici avec IMPACT_medias