Réservé aux abonnés

"Si cela s'avère nécessaire, il faudra repasser devant le peuple"

Le président de la Société neuchâteloise de médecine se positionne.

23 avr. 2015, 00:01
data_art_9055043.jpg

"Certaines options du plan hospitalier ont été décidées sans que l'on connaisse leur impact sur le plan financier et dans le domaine médical. A partir de là, si cela s'avère nécessaire, il faudra revenir devant le peuple."

On appelle ça un pavé dans la mare. Il n'émane pas de n'importe qui. Walter Gusmini a d'ailleurs longuement hésité avant de s'exprimer . "De quel droit un simple médecin de premier recours s'exprimerait sur un sujet aussi complexe et p...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois