Réservé aux abonnés

"Sentir le souffle de son fils, comme s'il était tout à côté"

Zoltan Mayer met en scène Yolande Moreau, qui incarne avec une justesse impressionnante une mère qui a perdu son fils, décédé dans le Sichuan.

24 avr. 2015, 00:01
data_art_9058296.jpg

raphaël chevalley

Photographe de renom, comédien issu de l'Atelier Banche Salant, musicien, essayiste, coach d'acteur et monteur du documentaire "Le sens de l'âge", l'artiste franco-hongrois Zoltan Mayer a réussi un premier long-métrage de fiction d'une grande délicatesse, où il a su se nourrir de ses liens avec la Chine. Entretien.

Zoltan Mayer, quelle est la genèse de ce "Voyage en Chine"?

Ma rencontre avec Yolande Moreau a été le catalyseur de cette histoire. Martin Provost (réd: réalisateur de "Séraphine") m'a présenté à elle en citant mon amour de la Chine et Yolande a parlé d'une Chinois...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois