Rocam rayonne à la pointe de l'imagerie dentaire

16 janv. 2010, 09:47

«Rocam, c'est un nouvel épisode dans la success story de Hader.» Hier après-midi, le responsable financier de la multinationale belge Arseus Jan Peeters était à La Chaux-de-Fonds pour inaugurer une nouvelle filiale du fabricant de composants pour implants médicaux du bout de la rue Jardinière. Rocam industrialisera des systèmes d'imagerie, surtout pour les dentistes, une nouvelle génération d'appareils de radiographie par rayons X.

L'entreprise Hader, 75 employés aujourd'hui, a été fondée à La Chaux-de-Fonds en 1960 par un technicien dentaire allemand. En 2007, elle avait déjà racheté la société de décolletage Liegme (25 personnes) pour étendre ses activités de l'outillage médical - vis à os, pièces de dentisterie et d'orthopédie - vers l'horlogerie et autres secteurs industriels. Hader appartient à 100% à Arseus, groupe actif dans la santé impanté dans 15 pays et numéro 1 dans la distribution de produits dentaires en Belgique, France et Hollande.

Avec Rocam, Hader fait un pas de plus pour développer son savoir-faire. La société fabriquera des systèmes d'imagerie intra-oraux - à travers les tissus de la bouche - panoramique, en 3D, des capteurs, caméras, etc. L'un d'eux permet de faire des radios de la mâchoire et de la main qui peuvent être analysées en direct par le médecin. Rocam travaillera pour une société française du groupe, Owandy, qui sous-traite actuellement sa fabrication en Italie. «Nous offrons l'industrialisation et la production en échange des compétences techniques, en recherche et développement, de vente et de marketing d'Owandy», explique le directeur des trois sociétés chaux-de-fonnières Olivier Zaugg. Rocam sera la seule entreprise spécialisée dans l'industrialisation et la production de systèmes à rayon X. Les produits sont largement destinés aux marchés étrangers.

Pour l'instant, Rocam emploie trois personnes au profil très pointu en ingénierie. Prudemment, la nouvelle société vise une dizaine d'emplois d'ici 2014, sans compter les échanges avec Hader. La moitié de sa production sera sous-traitée dans la région, lit-on dans un descriptif, le «know how» microtechnique collant bien aux objectifs de Rocam. Arseus réalise, et réalisera, d'importants investissements dans ce «secteur en croissance extraordinaire», pour reprendre un mot de Jan Peeters.

Pour l'instant, crise aidant, Hader marque cependant le pas, dans ses activités horlogères surtout et dans une moindre mesure dans celles d'implantologie dentaire. L'orthopédie et le matériel mécanique destiné aux soins urgents ne sont pas touchés.

Le conseiller communal Laurent Kurth a dit voir dans cette inauguration un signal positif qui conforte la vocation industrielle de la région. Son message à l'heure de la crise: s'ouvrir à l'extérieur plutôt que se replier sur soi. /ron