Votre publicité ici avec IMPACT_medias

«Retrouver le plaisir»

Nouvel entraîneur de Neuchâtel Xamax, Gérard Castella sait où il va. La vie dans le vestiaire et un état d'esprit nouveau constitueront les clés du succès. La quête de renforts se poursuit. Les Fanati'X «relégués» Le nouveau départ de Neuchâtel Xamax est effectif depuis mercredi matin. Gérard Castella (53 ans) et son assistant Jean-Philippe Karlen composent la nouvelle paire d'entraîneurs des «rouge et noir». «David Sène, qui s'est vu proposer un poste au sein de la formation, savait que le nouveau coach choisirait son assistant» convient le directeur technique Bidu Zaugg.

26 mai 2006, 12:00

En préambule de l'annonce officielle de l'arrivée des deux anciens Lausannois, Sylvio Bernasconi a encore remis les choses au point. «Depuis notre arrivée, entre l'ajournement de faillite, l'assainissement des finances, le fait de reprendre des contrats que nous ne voulions pas et le règlement des affaires judiciaires en souffrance, nous n'avons fait que subir les événements. Cela fait beaucoup et nous étions tenus par la barbichette. Maintenant, nous disons stop. Après l'engagement de Bidu Zaugg comme directeur technique, l'arrivée de Gérard Castella constitue la deuxième pierre de notre édifice.»

«L'arrivée de Gérard Castella constitue la deuxième pierre de notre édifice»

Dans la foulée, le président dépeignait sa nouvelle équipe dirigeante, avant d'évoquer ses objectifs. «Il est inutile de rappeler que ces deux messieurs ont été sacrés champion de Suisse en tant qu'entraîneur, soulignait-il. La promotion constitue évidemment le but évident de la saison prochaine. Si nous n'y parvenons pas, ce ne serait pas un drame, nous réussirons la saison suivante.» C'est donc avec ambition et confiance que Sylvio Bernasconi a présenté son nouvel entraîneur. Pour mémoire et outre le titre de champion conquis avec Servette en 1999, Gérard Castella possède déjà six promotions à son palmarès, dont deux récentes avec le Lausanne-Sport, qu'il a mené de deuxième ligue interrégionale en Challenge League.

«Si le contexte n'est pas le même qu'à Lausanne, je vois des similitudes dans l'état d'esprit. C'est le mot important. Je veux des joueurs qui mouillent le maillot, sans tricheurs. Il faut redonner de la force à cette équipe. Les gars doivent retrouver le plaisir de jouer. Et ce plaisir, nous le devons aussi au public et aux dirigeants. Pour réussir, il faut de l'unité et la vie dans le vestiaire est très importante» affirmait Gérard Castella.

Henchoz contacté

Pour parvenir à ses fins, Gérard Castella a déjà une idée bien précise du chemin à suivre. «Il faut reconstruire depuis la base, assurait-il. Nous avons besoin de trois gardiens. Guillaume Faivre (réd.: M21) s'entraînera avec nous. Ensuite, il s'agira de construire l'équipe depuis derrière. Quand j'ai vu évoluer Neuchâtel Xamax, j'ai été frappé par le nombre de buts qu'il encaissait. De la Super League à la cinquième ligue, quand on prend plus de deux buts par match, c'est très difficile. En revanche, Neuchâtel Xamax se procurait des occasions. Le secteur offensif possède un bon potentiel.»

Les contacts sont donc évidemment nombreux. Si Sylvio Bernasconi affirmait que les prétendus contacts avec Fabio Celestini étaient «du vent», il confirmait s'être approché de Stéphane Henchoz. «Nous lui avons effectivement fait une proposition. Nous ne sommes pas les seuls en lice, il est très sollicité. Nous attendons sa décision.» Pour le reste, Bidu Zaugg ne voulait pas dévoiler ses pistes. Il a tout de même avoué que des joueurs comme Johann Lonfat, Arnaud Bühler ou encore Alain Rochat ont été approchés. Mais l'attractivité de la Challenge League est ce qu'elle est

Enfin, si la possibilité de «délaisser» la Charrière a été soulevée, il semble bien que Neuchâtel Xamax terminera son exil à La Chaux-de-Fonds. La solution du stade du Littoral de Colombier ne convainc pas vraiment les Xamaxiens. Même si elle est homologuée Challenge League, l'enceinte colombine n'est pas très accueillante pour le football. Et elle est surtout à découvert.

Mais l'important est ailleurs et les Xamaxiens se retrouveront le lundi 12 juin à 9 heures tapantes pour la reprise. «Un gros boulot nous attend» termine Gérard Castella. / EPE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias