Prends l'oseille et tire-toi

02 août 2015, 18:48

En 2007, le réalisateur autrichien Erwin Wagenhofer nous a déjà remplis d'un effroi coupable avec «Le marché de la faim» («We Feed The World»), démonstration implacable de l'égoïsme occidental, qui montrait comment la production de notre nourriture selon des critères de rentabilité toujours plus poussés a pour effet «secondaire» d'exposer des populations entières à la famine. Il récidive aujourd'hui avec son nouveau documentaire «Let's Make Money», dont le titre ironise sur l'adage de l'économiste néolibéral Milton Friedman (1912-1906) que l'actualité vient d'infirmer de bien cruelle manière!

Alors qu'il tourne une séquence du «Marché de la faim» sur les cultures maraîchères intensives qui ont recouvert la province d'Almeria d'une mer de plastique, Wagenhofer découvre les centaines de lotissements construits sur la Costa del Sol qui restent, pour la plupart, inoccupés. Cette vision lui donne alors l'idée de tourner un autre réquisitoire, cette fois sur l'inanité périlleuse d'un système financier qui n'a plus de rapport avec l'économie réelle. Fidèle à sa méthode, le cinéaste arpente le monde à la recherche de témoignages à charge.

Certains critiques ont regretté le fait que Wagenhofer ait tourné son film avant la crise, ce qui frapperait d'obsolescence son constat. Qu'importe, le spectacle de ces experts financiers arrogants et cyniques, se fichant de l'éthique comme de leur première culotte, laisse pantois, surtout a posteriori. S'y distingue notamment un journaliste de la «Neue Zürcher Zeitung». Entre nous, nos gouvernants devraient se dépêcher de visionner «Let's Make Money», au lieu de s'échiner à vouloir restaurer l'économie dans sa «splendeur» d'antan. /vad

Réalisateur: Erwin Wagenhofer
Genre: documentaire
Durée: 1h52
Age: 7 ans suggéré 14
Avec: Antonio Baena Perez, George Belton, John Christensen
Cinémas: Bio, Neuchâtel; ABC, La Chaux-de-Fonds

Prends l'oseille et tire-toi