Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Pas de record, juste une «caniculette»

23 août 2011, 09:40

«Pfff! Fait chaud...» Rattrapées par la masse d'air subtropicale qui s'est abattue sur l'Europe centrale, les Montagnes neuchâteloises suent à grosses gouttes à l'instar du reste du pays, avec une température maximale de 30,3° enregistrée hier par Météo-Suisse, à La Chaux-de-Fonds.

De quoi réjouir tous ceux qui ont attendu en vain le beau temps en juillet. Samedi soir dernier, ils ont été 1018 (record battu) à piquer une tête à la piscine du Locle qui organisait sa traditionnelle soirée Caraïbes. Plébiscitée de longue date, la soirée n'avait pu être organisée pendant les vacances scolaires, météo maussade oblige. Elle a donc été décidée à la dernière minute. A noter que 1200 personnes supplémentaires avaient été enregistrées durant la journée. On peut encore profiter des eaux limpides du Communal chaque jour, de 9h à 20h, jusqu'au 4 septembre. Pas question de prolonger au-delà, même en cas d'été indien. «Ce sont les mêmes compresseurs qui chauffent l'eau de la piscine et refroidissent la patinoire», nous signale-t-on. Et l'ouverture de cette dernière est prévue peu après la mi-septembre. Même affluence à la piscine de La Chaux-de-Fonds où les nageurs étaient serrés comme des anchois dimanche. Pour rappel, la piscine restera ouverte jusqu'à 21h du lundi au vendredi, tant que dure le beau temps. Mais le personnel doit aussi composer avec la nuit qui tombe de plus en plus tôt. Il est donc possible que l'on demande aux baigneurs de sortir des bassins un quart d'heure plus tôt pour assurer une surveillance correcte.

Les paysans et les homes

Si la température estivale fait le bonheur de certains, d'autres sont en alerte. Dans les homes, on veille attentivement à ce que les personnes âgées soient bien hydratées. «On garde les gens à l'ombre, les stores sont baissés dans les chambres, on arrose la terrasse régulièrement pour apporter un peu de fraîcheur...», explique Jacques Mäder, directeur du Home Les Fritillaires au Locle. «Souvent, les gens âgés, qui ont toujours froid, ne se plaignent pas de la chaleur. C'est à nous d'être attentifs».

Du côté des agriculteurs, on s'adapte aux conditions météos, comme d'habitude. «Cette année, tout était plus avancé, avec les chaleurs d'avril et mai», rappelle Pierre-André Rohrbach, agriculteur (heureux) au Valanvron. «Ensuite, la longue période de pluie qu'on a connue en juillet était très attendue, on ne va pas se plaindre de ça, les sols, très secs, en avaient besoin, ils ont tout absorbé. En bref, les deux périodes étaient bonnes, mais peut-être un peu trop longues. Résultat: on a eu un peu moins de fourrage que d'ordinaire, mais il est de bonne qualité. La nature est quand même bien faite!», conclut-il. «Même si, suivant l'exposition des champs, certains n'ont récolté que 70% de la quantité de fourrage habituelle».

Le record, c'était en 1983

Un coup de chaud, soit, mais pas de record annoncé dans les Montagnes où on n'atteint pas encore les températures enregistrées en juillet 1983 à La Chaux-de-Fonds: 33,2° le 20 juillet, et 33,8° le 31. «Cette dernière valeur est la plus chaude enregistrée à La Chaux-de-Fonds», indique Lionel Fontannaz, responsable des prévisions à Météo-Suisse Genève. «Lors de la canicule de 2003, le thermomètre était monté jusqu'à 32,5°. Mais ici, sur si peu de jours, on ne peut pas parler de canicule. Il ne s'agit que d'une petite «caniculette» de quelques jours.»

Car tout ceci ne durera pas. «après jeudi, l'intensité des températures va diminuer gentiment au fil des jours. Si l'air est trop sec actuellement pour que se forment des cumulus, ils sont attendus pour la fin de la semaine. Le front nuageux du week-end sera ensuite suivi d'une baisse de température de 10° à 15°», prévient-il.

En attendant, ceux qui ont vraiment trop chaud peuvent toujours grimper en altitude pour chercher de la fraîcheur. Hier, la station météorologique de Chasseral, à 1594m, indiquait 23,6°, soit sept degrés de moins qu'à La Chaux-de-Fonds. Toujours plus haut, sur la Jungfrau, à 3583m, on pouvait même se payer le luxe de frissonner avec une température de 11 petits degrés.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias