Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Parlant de mépris, les communes veulent contraindre le Conseil d'Etat au dialogue

Refusant encore et toujours les reports de charges envisagés par le Conseil d'Etat dès 2016, les conseils communaux de La Chaux-de-Fonds, du Locle, de Neuchâtel et du Val-de-Travers vont saisir le Grand Conseil.

22 sept. 2015, 21:25
De gauche à droite: Denis de la Reussille (Le Locle), Frédéric Mairy (Val-de-Travers), Fabio Bongiovanni (Neuchâtel) et Théo Huguenin-Elie (La Chaux-de-Fonds) ce mardi en conféreence de presse.

Vous ne voulez pas nous entendre? Eh bien!, nous allons demander au Grand Conseil de vous obliger à le faire!

En résumé, c'est la position - inédite - des communes du Val-de-Travers, de Neuchâtel, du Locle et de La Chaux-de-Fonds dans le dossier "report de charges", report préconisé par le Conseil d'Etat. Soit dix millions de francs par année dès 2016, puis 40 millions au total à partir de 2019. Avec transfert de compétences, selon le gouvernement.

Estimant ne pas avoir été consultées - "C'est même pire que cela, le Conseil d'Etat se montre méprisant", a-t-on entendu ce mardi lors d'une conférence de presse -, les quatre conseils communaux vont demander à leur Conseil général respectif de déposer, chacun, une motion communale au Grand Conseil. Les autres communes, dont certaines sont déjà partantes, sont invitées à en faire de même.

Contenu de la motion: premièrement, d'accord pour l'assainissement des finances publiques (le Conseil d'Etat a l'obligation d'économiser 160 millions), mais il doit être réalisé en cherchant des solutions tous ensemble. Deuxièmement, le gouvernement cantonal ne peut pas procéder à des reports de charges tant et aussi longtemps que cette réflexion commune n'a pas été menée.

Davantage d'informations dans nos éditions payantes de demain.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias