«Optimisme» après une rencontre à huis clos entre les autorités de La Chaux-de-Fonds et le Canton

Les autorités de La Chaux-de-Fonds ont rencontré lundi soir une délégation du Conseil d’Etat neuchâtelois pour débattre des conséquences des réformes cantonales sur la fiscalité et la péréquation intercommunale. La Métropole horlogère craint les répercussions financières de ces projets.

19 mars 2019, 12:19
La Métropole horlogère craint les répercussions financières des réformes cantonales sur la fiscalité et la péréquation intercommunale.

«Le Conseil d’Etat n’a pas apporté de réponses satisfaisantes quant à notre situation financière actuelle et à l’impact des réformes à venir», souligne mardi le Conseil général de La Chaux-de-Fonds dans un communiqué interpartis. Aucune solution immédiate n’a donc été trouvée pour apaiser les inquiétudes de la Métropole horlogères.

Le législatif se veut malgré tout optimiste à l’issue de la réunion qui s’est déroulée à huis clos. Il constate que les échanges sur les perspectives à long terme et le développement des mobilités permettent de «voir l’avenir avec optimisme au vu des investissements très importants attendus».

Un rapport du Conseil communal présenté au début du mois dressait les conséquences qu’auraient les deux réformes cantonales sur les finances de La Chaux-de-Fonds. Selon l’exécutif, le manque à gagner s’élèverait à 8,8 millions de francs si les réformes prévues par le Conseil d’Etat étaient adoptées telles quelles.