Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Musique et amitié de bon ton

L'abondance des souvenirs a créé l'engouement jeudi au temple Farel, à La Chaux-de-Fonds. Face à ses amis, au nombreux public, Georges-Henri Pantillon avait tant de choses à dire qu'il semblait hanté par la crainte de ne pouvoir les communiquer toutes.

25 juin 2006, 12:00

Aux claviers de l'orgue, il donne une grande interprétation de la sonate de Mendelssohn où la contemplation précède la force, alors qu'un petit thème de quatre notes se développera en variations dans l'allegro vivace. Dans la «Pièce héroïque» de César Franck, il ose des oppositions d'une intransigeante exactitude.

Marcel Perrenoud, dédicataire de ce concert, à qui la parole venait d'être offerte, a provoqué une vive émotion en retraçant toute une tranche d'histoire locale. Membre du choeur de l'Eglise réformée, durant 65 ans, il a vécu en 1939 le premier concert des Rameaux, sous la direction de Georges-Louis Pantillon. Alors que Marcel Perrenoud était président, que son épouse, récemment disparue, oeuvrait à ses côtés, il a organisé les concerts des Rameaux, durant 50 ans, avec l'appui de l'Art social et de Madame René Junod. «Que cette belle tradition se poursuive», dit-il.

Les exécutions d'Anne-Laure Pantillon à la flûte traversière ont été autant de coups de coeur. Les «Folies d'Espagne» de Marin Marais démontrent une superbe technique. Sonorité, musicalité séduisent dans les pièces de Beethoven et Lachner. Aux rappels Anne-Laure a répondu par des pages de Massenet et de Jean-Sébastien Bach, alors que, mise en confiance, à ce stade de la soirée, la jeune interprète jouait encore mieux. Les retrouvailles de toute une société, la présentation au temple d'Anne-Laure, accompagnée de son grand-père à l'orgue: déjà un excellent souvenir! / DDC

Votre publicité ici avec IMPACT_medias