Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Mauvais comptes pour bons amis

Disons-le tout de go: impossible de savoir officiellement combien le canton de Neuchâtel compte d?emplois.

01 mai 2007, 12:00

Dommage: c?était le sujet principal de la conférence de presse tenue hier au Château par le conseiller d?Etat Bernard Soguel. Mais les statistiques, pourtant publiées fin février sur le plan suisse, peinent à suivre côté neuchâtelois. On attendra donc pour savoir si le canton a repassé la barre psychologique des 80 000 places de travail.

Le test conjoncturel neuchâtelois estime à un millier les places créées l?an passé dans l?industrie. Hier, Laurent Kurth parlait de 1200 nouveaux emplois dans le canton. Mais de chiffre absolu, estampillé officiel, pas l?ombre d?une virgule! Pire: la statistique de l?Etat indique que 2773 frontaliers travaillaient dans le district de La Chaux-de-Fonds fin 2006. Laurent Kurth, lui, avance le chiffre de 3162. La différence n?est pas négligeable...

Difficile, dès lors, de faire une confiance absolue au conseiller d?Etat et à ses hommes lorsqu?ils affirment en ch?ur que l?afflux de frontaliers n?a pas d?effet sur le taux de chômage. Vu par le petit bout de la lorgnette, peut-être. Mais calculons plus largement: 1200 emplois ont été créés? D?accord. Mais en même temps, mille nouveaux frontaliers ont pris un emploi dans le canton, 600 travailleurs ont été détachés par un employeur européen et 3200 contrats de 90 jours signés avec des ressortissants de l?UE. Alors, à qui a bénéficié la majeure partie de ces 1200 jobs créés?

Tant mieux pour une région qui vit de ses exportations. Mais on peut comprendre le ressentiment, la légère amertume de ceux qui restent sur le carreau, moins performants ou moins flexibles. Le canton place, à ce jour, plus de mille personnes dans des mesures actives du marché de l?emploi. Mille jeunes sont à l?aide sociale. Cela fait 2000 emplois que l?industrie devrait créer rien que pour eux.

On mesure la difficulté de la tâche de Bernard Soguel: défendre les accords bilatéraux, qui ont eu des effets évidents sur le marché de l?emploi, tout en rassurant les ouvriers, inquiets de voir de plus en plus de plaques françaises sur les parkings des entreprises. L?économie va bien, et c?est heureux. Mais les courbes ont la méchante habitude de redescendre quand on s?y attend le moins.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias