Les domaines de la santé et du commerce font le plein à La Chaux-de-Fonds

Ce mercredi, au tour des quartiers Commerce & Gestion et Santé & Social d’occuper les anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds. Face au problème de pénurie de personnel qui se profile, la soirée était particulièrement importante pour les acteurs du domaine des soins.
24 nov. 2021, 21:36
/ Màj. il y a 10 jours
Parents et élèves étaient nombreux aux quartiers Commerce & Gestion et Santé & Social de la dernière soirée organisée par Capa'cité.


Il y avait du monde ce mercredi 24 novembre aux anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds! Pour sa dernière soirée, Capa’cité a fait le plein. Parents et élèves se sont succédé sans discontinuer aux stands pour échanger avec les apprentis, étudiants et professionnels. Il faut dire que les deux quartiers présents, Commerce & Gestion et Santé & Social, ont offert des métiers populaires auprès des jeunes.


A lire aussi: Capa’cité: jeunes et professionnels enfin réunis en présentiel à La Chaux-de-Fonds

La soirée a surtout été l’occasion pour les exposants de pouvoir présenter les réalités de leur métier et d’assurer la relève. Un point particulièrement important pour le domaine des soins, alors que menace une future pénurie de personnel. Valérie Delvaux, responsable de la formation au Réseau hospitalier neuchâtelois (RHNE), a détaillé: «Ce sont des métiers qui plaisent beaucoup aux jeunes, le problème est surtout de garder les personnes tout au long de leur carrière. La fatigabilité de ces métiers use très vite.»

En savoir plus: La Chaux-de-Fonds: des apprentis partagent leur passion pour leur métier avec les élèves

La branche s’organise pour garder l’attractivité de ces professions. L’un des aspects mis en avant ce mercredi à Capa’cité fut l’interdisciplinarité. Jeanne-Françoise Loup, directrice de la HE-Arc, a expliqué: «Cette année, nous avons vu une augmentation de 20% d’étudiants, mais encore faut-il qu’ils restent motivés. Dès la première année, ils sont en contact avec le terrain. Ils voient tout l’éventail qu’offre la profession et travaillent avec les différents métiers de ce domaine.» La collaboration entre les divers emplois réunis autour du patient est donc aussi un point qui est largement développé.

Dix-neuf branches pour le CFC d’employé de commerce

De l’autre côté de la salle, la foule était tout aussi dense, au quartier Commerce & Gestion. Il faut dire que le CFC d’employé de commerce est le plus recherché dans le canton. Il est aussi l’un des diplômes les plus variés. «Il y a 19 branches différentes pour ce CFC», explique Laurent Lehner, responsable de la formation pour l’Organisation pour la formation commerciale fiduciaire/immobilière (OFCF). «Un ou une apprentie dans une banque ou dans une fiduciaire aura des tâches très différentes. Or, souvent les jeunes postulent à chaque poste d’employé de commerce sans regarder ces aspects.»

Selon les branches, il faut donc des compétences spécifiques. «La principale difficulté est donc plutôt de recruter des jeunes avec le bon profil. Dans le domaine de la fiduciaire, il faut une certaine affinité avec les chiffres par exemple.» Dans tous les cas, la branche se développe dans le canton: «Nous avons triplé le nombre d’apprentis pour la rentrée 2021!»

En savoir plus: www.capacite.ch


par Marika Debely