Le président de la Plage des Six Pompes quitte le navire

A la barre du festival international des arts de la rue depuis dix ans, Michael Othenin-Girard rend sa casquette. Il évoque un changement de cap vers d'autres projets.

24 sept. 2014, 06:55
data_art_8414253.jpg

Président du comité de l'association Agora, organisatrice du festival international de la Plage des Six-Pompes à La Chaux-de-Fonds, Michael Othenin-Girard ne se représentera pas à son poste lors de la prochaine assemblée générale, prévue cet automne.

Celui qui est depuis dix ans à la barre du plus grand festival suisse des arts de rue évoque "une certaine fatigue", et le désir d'un changement de cap.

Le poste de président représente 20% de travail annuel bénévole, compte-t-il. "Un millier d'e-mails, une à deux séances de travail par semaine, des rencontres avec les partenaires, les sponsors, etc. C'est très intense", explique ce jeune trentenaire, responsable commercial dans une société d'informatique de la région. "Ce manque de disponibilité est devenu pesant, pour m'investir professionnellement et aussi répondre à de nouveaux challenges, toujours au service de la ville et la région. Pour la Plage, c'est l'occasion de prendre un nouveau souffle."

 

Dissensions à l'interne

 

Nouveaux horizons, nouvelles aventures... Depuis quelques mois cependant, des rumeurs faisaient état de "mutinerie" au sein du navire, ou plus exactement de dissensions entre le comité de l'association Agora et les employés du festival, soit les coordinateurs . "En effet, il a eu des discussions. Le festival a évolué. Son budget a été multiplié par deux, voire trois, depuis dix ans. La structure de l'association doit aussi évoluer. On n'a pas toujours trouvé un langage commun mais des pistes se dessinent. Des réflexions sont menées depuis plusieurs mois par différents groupes de travail, dont un composé de personnalités du domaine de gestion d'événements culturels. Il se réunira pour la première fois lundi prochain."

La suite? "On en saura plus après la prochaine assemblée générale, cet automne." Idem pour ses futurs projets. "Rien de précis pour l'instant, mais les domaines culturels et politiques m'intéressent...", laisse planer celui qui siège au Conseil général chaux-de-fonnier sur les bancs socialistes depuis deux ans.

 

Pêche loin de la Plage

 

Harponné à la piscine des Mélèzes par un copain bénévole de la Plage, un jour d'été où il bullait, Michael Othenin-Girard avait commencé comme bénévole au bar il y a 13 ans . "Rapidement, j'ai proposé de m'engager davantage, conscient du travail que demande un tel festival. Sans imaginer là où ça m'emmènerait!"

Après avoir été capitaine, Michael Othenin-Girard redeviendra-t-il moussaillon? "Je reste bien entendu disponible pour les collaborateurs du festival, mais je ne garantis pas que je serai là durant la période d'été ces prochaines années!" , s'amuse-t-il. "L'ancien président de la Plage, Pascal Bühler, a vécu la même chose. Il n'a pas pu retourner au festival durant les deux ou trois années qui ont suivi son départ. C'est trop d'affect."

La perspective de vacances n'est pas non plus pour lui déplaire. "Ça fait dix ans que je ne suis pas parti en vacances. Mes quatre semaines de congé étaient consacrées au festival. Je me réjouis d'aller pêcher sur d'autres plages!" Il paraît que la pêche à la ligne est le sport préféré des hyperactifs... "C'est vrai qu'il faut être un peu hyperactif pour présider le comité de la Plage! Mais en même temps, cela demande une grande sérénité. Et si on ne l'a pas, avec le temps, on l'apprend."

Un souvenir? "Sans hésiter les Plasticiens volants! C'était gigantesque, tant la foule que le spectacle!" Un des rares, d'ailleurs, qu'il ait eu l'occasion de voir... "Notre boulot, c'est plutôt de gérer le bon déroulement de la manifestation qu'en être le spectateur." Parce qu'être à la barre, ce n'est pas tant être aux premières loges, que savoir garder le cap. Bon vent!