Le PDC veut combler le large espace vide entre gauche et droite

Ni à droite, ni à gauche, mais bien au centre. La jeune section du Parti démocrate-chrétien (PDC) de La Chaux-de-Fonds se présente pour la première fois aux élections communales. Avec l'ambition première de se faire connaître. «Entre la gauche et la droite, il y a un tel espace vide que, quand j'ai vu que le PDC créait une section, je me suis dit que je pouvais faire le pas.» Nicolas Baume ne fait pas dans la dentelle politique, il balance un coup à gauche, un coup à droite. C'est l'un des cinq candidats «motivés» que présente la section chaux-de-fonnière du PDC aux communales du 27 avril, pour le Conseil général seulement. Une première.

09 avr. 2008, 12:00

Cinq candidats? «Nous sommes une très jeune section. C'est un très gros travail à organiser», répond Catherine Michaud, présidente pour les Montagnes. Elle a été lancée en été 2007. Le PDC monte au front à La Chaux-de-Fonds - mais pas au Locle - comme à Neuchâtel et au Val-de-Ruz. Catherine Michaud était candidate au Conseil national l'année dernière. «J'ai fait 3% ici en ville. C'est un joli score. Je ne suis à La Chaux-de-Fonds que depuis deux ans», précise-t-elle.

Joli score peut-être, mais il faudra en faire un bien plus beau. Le seuil pour compter des élus est à la hauteur de 10% (quorum), auquel le PDC se mesurera tout seul. Catherine Michaud: «Notre objectif est de voir notre électorat, raison pour laquelle il est essentiel pour nous de ne pas s'apparenter. Il faut que les gens fassent clairement connaissance avec nous et nous seuls.»

«Résolument» au centre par nature, la section PDC a l'avantage de la jeunesse en politique. Aucun de ses candidats n'a jamais milité dans un parti, sauf Catherine Michaud depuis 2003 au PDC jurassien. Du coup, ils tiennent un langage tranchant. «La majorité politique qui domine la vie locale depuis des décennies gère par habitude et n'est plus en mesure d'apporter le dynamisme et la créativité indispensables au redressement durable de notre ville», lit-on dans une présentation. «A La Chaux-de-Fonds, les administrés sont au service de l'administration et non l'inverse», tape sur le clou Nicolas Baume.

L'objectif du PDC? «L'amélioration du niveau de vie de la classe moyenne.» Son programme prévoit entre autres la suppression progressive des exonérations fiscales jugées inéquitables alors que d'autres entreprises paient à plein l'impôt des sociétés. Avec les gains, on pourra diminuer les impôts des personnes - 10 points en dix ans - et investir. «Si l'on veut que des gens viennent vivre à La Chaux-de-Fonds, il faut en particulier des logements décents et ce n'est pas le cas», avance Eric Payage qui pense que Ville et Etat pourraient y mettre du leur. Il travaille dans une agence immobilière et voit la ville en gris. Le maître mot est attractivité: La Chaux-de-Fonds doit redevenir «la digne capitale du Jura».

Les trois candidats rencontrés parlent encore famille (y compris monoparentale ou recomposée), travail d'intérêt public pour ceux qui touchent l'aide sociale, religion pour dire que le parti n'a rien de bigot mais est attaché à une culture morale chrétienne. Avant de lâcher sa pique à droite: «Notre différence fondamentale avec l'UDC, c'est que, chez nous, la discrimination raciale ne passe pas.»

Question à cent sous: à qui le PDC piquera-t-il des voix? / RON