Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le lycée Blaise-Cendrars répète «Ubu Esqu.»

23 mars 2010, 10:48

«Merdrrre!» Le Père Ubu débarque sur scène avec fracas, la bedaine à l'air. Parmi les décors, une pompe à phynance faite de bric et de broc, avec antique seille à lessive et tuyau de poêle. L'autre jour, au lycée Blaise-Cendrars, on était en pleine répétition d'«Ubu Esqu.», d'Alfred Jarry., le nouveau spectacle que le théâtre du Lycée Blaise-Cendrars interprétera dès vendredi, sur une mise en scène de Pierre-Angelo Vey. En fait, une adaptation d' «Ubu Roi» et d'«Ubu enchaîné» par Julie Guinand. «Ubu Esqu.», outre sa lecture phonétique «ubuesque», fait référence à ce titre d'esquire un peu vain utilisé par les Anglo-Saxons. En résumé: poussé par Mère Ubu, «le comiquement cruel et couard» Père Ubu complote contre le roi de Nulle Part, (plus précisément la Pologne, alors en passe d'être russifiée) l'assassine, prend le pouvoir avant d'en être dépossédé. Il s'adonne alors à la servitude volontaire, mais tyrannise encore et toujours. «La démocratie devient démocrasseuse», résume Pierre-Angelo Vey. «Jarry est un iconoclaste. Il fait le ménage dans le théâtre et la société de son temps (...) Les crétins sont au pouvoir et garantissent le spectacle; on les paie cher pour qu'ils mènent le pays à la banqueroute».

En scène, outre un batteur, 18 comédiens, qui jouent tous dans les deux distributions, mais le plus souvent dans des rôles différents. Le spectacle inclut un rap définissant la pataphysique. Quant aux décors, ils sont dus à Gérard Pfeiffer, menuisier hors pair. /cld

«Ubu Esqu.», les 26, 27, 29 et 30 mars à 20h30, aula du lycée Blaise-Cendrars, rue du Succès 45, à La Chaux-de-Fonds. Billetterie: secrétariat du lycée. Réservations: tél 032 889 77 53

Votre publicité ici avec IMPACT_medias