Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le HCC évite partiellement et de justesse le piège bâlois

Sans Benoît Mondou, le HCC a terriblement souffert face à Bâle. Menés 0-2, les Chaux-de-Fonniers ont sauvé deux points en prolongation (3-2). Mais que ce fut dur et laborieux!

13 déc. 2010, 13:40

> Voir le reportage photo de Christian Galley

«Nous revenons de loin. Nous avons clairement remporté deux points.» Gary Sheehan, coach du HCC, ne se voilait pas la face. Après un départ catastrophique, son équipe a redressé la barre et évité partiellement le piège bâlois en s'imposant en prolongations. L'absence de Benoît Mondou s'est clairement faite sentir. Paradoxalement, les Chaux-de-Fonniers ont gagné une place au classement (troisièmes).

«En début de match, nous n'étions pas prêts, pas là», déplorait le mentor des Abeilles. «Il y a certes eu beaucoup de changements, mais cela ne doit pas empêcher d'être concentrés.» Cette mauvaise entame de partie a failli coûter cher aux Chaux-de-Fonniers. Surpris, ridiculisés, en supériorité numérique, ils ont encaissé deux buts très difficiles à digérer. «Nous focalisons trop sur l'attaque, même en power-play», pestait Gary Sheehan. «Il y a des tâches défensives à ne pas négliger, même dans cette situation. Nous encaissons trop de buts en supériorité (réd: 10 en tout).» Incontestable.

C'est d'autant plus gênant lorsque le power-play ne fonctionne pas. Comme samedi soir, et c'est peut-être là que l'absence de Mondou a pesé le plus lourd. Mais Vacheron et consorts, partis pour un naufrage, ont tout de même redressé la barre. Gary Sheehan a remodelé ses lignes offensives et défensives. Michael Bochatay, placé au centre, s'en est plutôt bien tiré. Le jeune Jonas Braichet aussi. Mais la solution n'est pas tombée toute seule.

Top-scorer d'un soir, Michael Neininger a retrouvé le chemin du filet au bon moment (28e). Après trois matches de disette, «Micka» a fusillé Ciaccio d'un missile sous la latte. «C'est le but qu'il fallait», glissait-il modestement. «Cette réussite nous a fait du bien», reconnaissait Gary Sheehan. «Jusque-là, nous n'allions nulle part.»

Plus saignant, jouant avec plus d'émotions, le HCC a retrouvé des couleurs. L'égalisation de Charpentier (35e) - en supériorité numérique! - a définitivement remis son équipe sur les bons rails.

Défensifs, attentistes et disciplinés, les Bâlois n'ont pas lâché leur os pour autant. Grâce à un Damiano Ciaccio impeccable, ils ont contraint les Chaux-de-Fonniers aux prolongations. Et c'est à 4 contre 3, suite à une pénalité de banc (lire ci-dessous), que les hommes des Mélèzes ont fait la différence. Grâce, de nouveau, à un certain Michael Neininger. «Nous avons été gênés par Bâle et nous avons finalement bien réagi», livrait «Micka». «Après notre défaite à Thurgovie, nous ne pouvions pas nous planter.»

Le faux pas a donc été, partiellement, évité. Mais Gary Sheehan n'a pas délivré une bonne note à ses joueurs. «Certains gars semblent fatigués mentalement», remarquait-il. «Ils doivent mieux préparer leur match à ce niveau-là.» Cela dit, l'absence de Benoît Mondou représente un sacré handicap. Les dirigeants chaux-de-fonniers étudient un éventuel remplacement temporaire. «Nous allons attendre lundi (aujourd'hui)», glissait Gary Sheehan. «Mais nous devons savoir au plus vite si «Ben» peut jouer ou pas.» A suivre... /JCE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias