Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le FCC continuera de jouer en 2008, rassure le président

Ce n'est pas la grande joie, mais ce n'est non plus pas la crise au FCC. Les problèmes internes sont réglés et le FCC continuera de jouer en 2008. Il y a un peu plus de deux mois (le 5 octobre), Antonio Tacconi avait lancé un appel sous forme d'ultimatum. L'investisseur italien et président du FC La Chaux-de-Fonds SA voulait percevoir des signaux de soutien à son club. Si club de la Charrière ne croule pas sous le bonheur ni sponsors, un certain regain d'intérêt a été constaté. Quelques nouveaux partenaires ont pointé le bout de leur porte-monnaie, le public s'est un peu plus intéressé à l'actuelle meilleure équipe romande de Challenge League et le projet immobilier de la famille Tacconi avance peu à peu.

07 déc. 2007, 12:00

«Pour l'instant, nous allons continuer», déclare très sobrement Antonio Tacconi qui a multiplié les contacts ces derniers jours. Jusqu'à quand? «On verra cela plus tard», répond-il laconiquement. L'Italien fixe de nouveaux délais, mais continue de travailler. Et surtout de payer. «Je ne vais pas laisser tomber l'équipe et le club du jour au lendemain», rassure-t-il.

Tant bien que mal, plutôt tard que tôt, les joueurs chaux-de-fonniers reçoivent leur salaire. Tout n'est pas parfait dans les conditions de travail, mais Vittorio Bevilacqua a mis de l'eau dans son vin. «Si cela continue comme ça, je pars», avait-il déclaré sur les ondes de RTN. «Tout est réglé entre le président et moi», certifie «il Mister» aujourd'hui. «Nous avons discuté et tous mes problèmes personnels sont résolus. Je ne veux plus polémiquer. Nous avons fait la paix, le climat de confiance est rétabli. Tout ce qui m'intéresse désormais, c'est mon équipe. J'ai un super groupe avec des joueurs solidaires. Maintenant, je ne pense plus qu'à notre dernier match à Chiasso (demain) et à la reprise.»

Parce que reprise il y aura. Elle est fixée au mercredi 9 janvier 2008. Un camp d'entraînement est prévu lors de la première semaine de février en Italie. Des signes qui ne trompent pas. Le directeur sportif, Pierre-André Lagger, et Vittorio Bevilacqua doivent encore se déterminer sur les joueurs à conserver dans leur contingent. «Les contrats des deux frères Senaya arrivent à échéance à la fin de l'année», rappellent-ils. «Il faudra voir si nous les gardons. S'ils partent, nous devrons engager trois nouveaux joueurs. Sinon, la priorité sera donnée à un attaquant.» L'engagement de l'actuel buteur du Stade Nyoinnais Jocelyn Roux (via un prêt de Zurich) n'est pas encore d'actualité.

Pour ce qui est de l'avenir à moyen terme, Antonio Tacconi souhaiterait trouver plus de soutien et quitter la présidence de la SA. «Je désire que des entrepreneurs locaux s'engagent plus. Je sais que je suis aussi responsable de la rupture avec certains d'entre eux. Mais nous travaillons, nous avons eu des contacts positifs ces derniers jours et cela devrait se concrétiser par des engagements très bientôt» informe le président italien.

Pierre-André Lagger participe très activement à cette recherche de soutien. «Ce n'est pas simple», confirme le Chaux-de-Fonnier. «Il faudrait parvenir à assurer un soutien financier fixe de 500 000 francs pour ensuite compléter le budget d'autant grâce aux sponsors.» Antonio Tacconi serait prêt à verser 100 000 euros par saison.

Concernant son projet de centre de formation à la Charrière, incluant un aspect immobilier, le promoteur italien a présenté deux investisseurs italiens aux autorités. Des personnalités de la ville seraient aussi partantes.

En attendant, le FCC poursuivra sa route. Tant bien que mal... / JCE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias