Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le club qui monte

Le CTT La Chaux-de-Fonds est le seul club de Suisse qui ne cesse d'accroître le nombre de ses pongistes. Avec des trophées en prime Le Club de Tennis de Table de La Chaux-de-Fonds est considéré comme une référence en Suisse. Avec 85 membres, dont 50 licenciés, il est le deuxième plus grand club romand et le cinquième de Suisse. A sa tête, un président ambitieux et très impliqué, qui peut compter sur les services d'un entraîneur compétent qui n'a pas froid aux yeux. «Cette réussite est due au gros travail fourni sur l'encadrement des jeunes» relève le président Gérard Crameri. «Notre club a un esprit ouvert. On y trouve une véritable vie associative en son sein», ajoute l'entraîneur Jean-François Tranquille.

16 févr. 2006, 12:00

Comble de bonheur, les résultats suivent. Un simple coup d'oeil sur la collection de trophées glanés durant l'année 2005 suffit pour s'en convaincre. Le club a remporté le premier prix du Challenge Sanitas pour la relève sportive et le deuxième prix du concours «Notre club innove et séduit» du Panathlon club des Montagnes neuchâteloises.

Du point de vue des résultats sportifs à proprement parler, il a raté de justesse la troisième place au niveau national, mais a été sacré champion de l'Association neuchâteloise et jurassienne de tennis de table. Par ailleurs, toutes les catégories juniors - les moins de 13, 15 et 18 ans - ont accédé aux finales du championnat de Suisse.

«Transmettre ma passion»

Un joueur a aussi été sélectionné pour un challenge entre les différentes associations romandes et frontalières. «Toutes ces récompenses nous rendent fiers, lance Jean-François Tranquille. Nous sommes sept moniteurs à encadrer les jeunes, c'est grâce à cela que le travail porte ses fruits». Jean-François Tranquille est indiscutablement le fer de lance de ce groupe de techniciens. Pour preuve, il est passé d'un cheveu à côté du titre de meilleur entraîneur national, par 17 voix contre 18.

«C'est une grande satisfaction du fait que je suis bénévole. Beaucoup d'entraîneurs sont professionnels et visent uniquement la gagne. Moi tout ce que je recherche est de transmettre ma passion» note-t-il. Pour ce faire, il est contraint à un important investissement, en temps et en énergie, en dehors de son activité professionnelle. «Cela demande des sacrifices», admet-il, tout en précisant que jeu en vaut la chandelle.

Le seul rescapé

Ces clubs qui cherchent seulement à produire des champions en oublient quelques valeurs essentielles. Ils perdent ainsi constamment des joueurs. D'ailleurs, le seul rescapé, sur un plan national, qui continue d'accroître le nombre de ses membres est le club chaux-de-fonnier. «Notre force réside dans le fait de ne pas laisser des juniors moins doués de côté. Nous n'axons pas tous nos efforts sur les deux ou trois qui ressortent du lot, glisse Gérard Crameri. Chez nous, tout le monde est noyé dans la masse et dispose des mêmes conditions. Contrairement à d'autres clubs, on prête une attention particulière aux jeunes.»

Le plus jeune pongiste a 8 ans et le doyen 77 ans! Le club chaux-de-fonnier est, du reste, un des cinq seuls en Suisse à posséder une équipe féminine.

On l'aura compris, le CTT La Chaux-de-Fonds est un club ouvert qui peut compter sur des personnes motivées à sa tête et qui collectionne les bons résultats. «Les Suisses alémaniques savent désormais où se situe notre ville» conclut Jean-François Tranquille, sur un ton qui laisse entrevoir une suite positive à la base solide déjà établie. / SBI

Votre publicité ici avec IMPACT_medias