Le chômage en forte hausse à Neuchâtel et dans le Jura

Le chômage ne connaît pas de trêve estivale. Il continue d'augmenter en Suisse. Plus fortement dans les cantons du Jura et de Neuchâtel que dans le reste du pays. Les perspectives pour la suite de l'année sont moroses.
02 août 2015, 18:47

Fortement industrialisée, la région de l'Arc jurassien encaisse de plein fouet les effets de la crise. En juillet, le chômage a une nouvelle fois progressé. «Inlassablement», commente le canton de Neuchâtel, qui enregistre un nombre de chômeurs et de demandeurs d'emploi - ces derniers sont plus de 7000 - jamais atteint depuis la fin des années 1990. Avec une hausse de 0,5% dans le Jura et de 0,3% à Neuchâtel, les deux cantons ont connu la plus forte hausse en Suisse romande.

«L'industrie pâtit encore et toujours de la profonde crise économique», explique le service neuchâtelois de l'emploi. Même constat dans le Jura, où la métallurgie et l'horlogerie-bijouterie enregistrent la plus forte hausse de chômeurs.

«La crise économique frappe désormais aussi les professions du tertiaire. Le nombre de demandeurs d'emploi issus de professions commerciales et de la bancassurance subit une augmentation de 46 unités, la plus forte hausse enregistrée le mois dernier», constate-t-on encore du côté de Neuchâtel.

A tous ces phénomènes vient s'ajouter celui de l'arrivée des jeunes diplômés sur le marché du travail. Sur le plan suisse, les jeunes de 15 à 24 ans étaient 25 693 à s'être annoncés comme chômeurs auprès d'un office régional de placement, 14,4% de plus qu'en juin et 10 893 ou 73,6% de plus qu'en juillet 2008. Dans le canton de Berne, le nombre de jeunes cherchant un emploi à la fin de leur apprentissage a plus que triplé, passant de 130 à 446 personnes.

«Cette hausse du nombre de jeunes demandeurs d'emploi devrait s'accentuer ces prochains mois», estime-t-on aussi à Neuchâtel. Le service de l'emploi a «comme ambition de mettre à disposition des jeunes chômeurs 250 places de stage dans des institutions publiques ou des entreprises privées». Celles-ci n'auront pas à délier les cordons de leur bourse. Le canton puisera dans le fonds d'intégration professionnelle pour indemniser les stagiaires.

L'avenir ne s'annonce pas rose. Du côté de la Berne fédérale, le Secrétariat à l'économie continue à tabler sur une forte progression du chômage à moyen terme. Pour l'ensemble de 2009, il prévoit un taux de chômage de l'ordre de 3,8%, avec une moyenne de 150 000 personnes touchées. Et l'an prochain, le taux de chômage devrait se situer à 5,5%, ce qui correspond à 217 000 personnes.

A Neuchâtel, le service de l'emploi n'est pas davantage optimiste. «Les mois prochains, le taux de chômage cantonal devrait à nouveau augmenter en raison de la situation plus que difficile que vit notre économie. D'autres facteurs viendront renforcer cette spirale négative comme l'arrivée des jeunes diplômés sur le marché de l'emploi et l'inversion des facteurs saisonniers, notamment dans le domaine de la construction», juge-t-il. /DAD

La Suisse romande plus touchée que la Suisse alémanique, premier rang peu envié pour le canton de Genève

S'il est de 3,7% sur le plan national, par régions, le taux de chômage reste plus élevé en Suisse romande qu'en Suisse alémanique, à 5% contre 3,2%. Le canton de Genève continue à occuper en juillet le peu envié premier rang national, avec un taux de chômage de 6,8%. Il est de 5,1% dans le canton de Vaud, de 3,5% en Valais et 3,2% à Fribourg. /ats

VIDEO

Le taux de chômage est passé de 5,8 à 6,1 pourcent en juillet dans le canton. Si la hausse est la plus forte pour le Littoral, le Haut reste le plus touché avec 8,3 pourcent à La Chaux-de-Fonds. /gs-sg