Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le canton s'y lance avec des partenaires

13 mars 2008, 12:00

Un PPP pour les bébés. C'est, selon le mot de Jean Studer, la définition de l'association Tic-Tac, constituée depuis mardi soir par ses trois premiers partenaires: l'Etat de Neuchâtel, la Banque cantonale neuchâteloise et l'entreprise Hildenbrand, spécialisée dans la ferblanterie et les installations sanitaires.

Cette association sera chargée de mettre des places d'accueil pour enfants à disposition du personnel des membres de l'association, tant à Neuchâtel qu'à La Chaux-de-Fonds. Comme l'avait déjà signalé le conseiller d'Etat devant le Grand Conseil, l'objectif est d'ouvrir à la rentrée d'août, en tout cas à Neuchâtel.

La future crèche accueillera des enfants de huit semaines à six ans, dans des conditions conformes aux normes applicables dans le canton. Elle sera financée par les membres de l'association et par les parents, car elle ne fait pas partie du plan d'équipement cantonal prévu par la loi. Elle ne bénéficiera donc pas d'une participation financière du canton, ni des communes. «C'est en sa qualité d'employeur que l'administration cantonale financera les places mises à disposition de ses collaboratrices et collaborateurs», précise le communiqué de l'Etat. Il rappelle aussi que dès le début de la législature, le Conseil d'Etat «s'est fixé comme objectif de mener une politique familiale et d'égalité exemplaire au sein de l'administration cantonale.»

Pour 30 places d'accueil (20 à Neuchâtel et 10 à La Chaux-de-Fonds), la charge annuelle est de 450 000 francs pour l'Etat, après déduction de la part des parents (180 000 fr.). Durant les deux premières années, l'Office fédéral des assurances sociales octroiera une subvention de 130 000 francs. Le Conseil d'Etat soutient le démarrage du projet via un financement unique de 350 000 francs. / sdx

Votre publicité ici avec IMPACT_medias