Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La croissance de TAG Heuer n'a pas ralenti en janvier

TAG Heuer surfe sur la vague du succès. La société chaux-de-fonnière a renforcé sa position parmi les quatre principales marques horlogères suisses de luxe. Après une année record en 2007, elle a connu un mois de janvier tout aussi réjouissant. «Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais pensé que la marque serait parmi les quatre plus grandes marques de luxe du monde.» Jack Heuer, descendant de la famille fondatrice, avait imaginé le modèle Carrera en 1964. A l'époque, «nous étions une marque très respectée chez les connaisseurs», dit-il. Que de chemin parcouru!

01 févr. 2008, 12:00

Dans la foulée de l'inauguration d'un musée dans ses locaux de La Chaux-de-Fonds mercredi soir, TAG Heuer a présenté hier les nouveaux modèles de la collection Grande Carrera. L'occasion pour le directeur général, Jean-Christophe Babin, de faire le point après une année 2007 record avec 24% de hausse du chiffre d'affaires.

La crise boursière ne cause pas de soucis aux dirigeants de la société. «ça devrait aller», dit Jean-Christophe Babin. Pour preuve? TAG Heuer a connu une croissance de 20% du chiffre d'affaire en janvier de cette année, «y compris aux Etats-Unis». Si le marché japonais du luxe est celui «où les gens réagissent de manière pessimiste. Les Etats-Unis, c'est une surprise». En 2007, TAG Heuer a confirmé sa place de leader mondial dans le chronographe de luxe. Sa forte croissance a contribué pour «70% de celle du segment de prix allant de 400 à 4000 euros (en gros de 650 à 6500 francs)». Dans le monde, huit millions de personnes possèdent une TAG Heuer. Une montre de luxe sur neuf vendue est un modèle de la société chaux-de-fonnière.

Le prix de vente moyen est passé en dix ans de 700 à 1650 euros (environ 2650 francs). Cette montée en gamme a été volontaire. Les dirigeants de la société ont constaté qu'il y avait un vide d'offre entre 3000 et 5000 francs. «Ce n'est pas parce que les marques ont déserté certains segments que le consommateur a 2000 francs de plus à dépenser», dit Jean-Christophe Babin. Et du côté de TAG Heuer, on ne veut oublier personne. «Chaque série, aussi huppée soit-elle, a un prix d'entrée en dessous de 2000 francs».

Dernier constat: TAG Heuer fait une percée chez les femmes et dans la mécanique. Les modèles dames représentent aujourd'hui 30% du chiffre d'affaires. Il y a dix ans, cette proportion se montait à 12%. Quant aux produits mécaniques, ils représentent 50% du chiffre d'affaires et quasiment autant du volume. / DAD

Votre publicité ici avec IMPACT_medias