La Chaux-de-Fonds: il roule avec 2,42‰ et écope d'une peine pécuniaire de 1'350 frs

Lundi matin devant le tribunal de La Chaux-de-Fonds, un cinquantenaire, condamné pour conduite en état d'ivresse à une peine pécuniaire de 2'700 francs, a vu sa peine diminuer de moitié. Bénéficiaire de l'aide sociale, il estimait ne pas pouvoir s'acquitter de la somme initiale.

13 avr. 2015, 14:40
Un gendarme genevois presente un ethylometre dans le cadre d'un vaste controle routier pour l'alcoolemie, tot ce samedi 19 decembre 2009 a Geneve.  (KEYSTONE/Martial Trezzini)

1'350 francs. C'est la somme dont devra s'acquitter un cinquantenaire, interpellé en octobre 2014 à La Chaux-de-Fonds alors qu'il conduisait avec un taux d'alcoolémie de 2,42‰. Bénéficiaire de l'aide sociale, ce dernier estimait ne pas pouvoir s'acquitter de la somme qui lui était demandée, soit 2'700 francs, pour 135 jours-amende à 20 francs. Une somme déjà revue à la baisse en février dernier puisqu'initialement, il avait été condamné à 135 jours-amende à 35 francs, soit un total de 4'725 francs.

"Mon client ne conteste nullement les faits qui lui sont reprochés",  a fait savoir l’avocate du prévenu, Ariane Yakincan. "Mais l’accusation ne tient pas compte de la situation financière de mon client. Il ne lui est pas possible de s’acquitter de cette somme." Elle a ainsi plaidé pour une diminution du nombre de jours-amende tout comme une diminution de la somme: dix francs à la place de 20, le tout assorti du sursis.

Peine perdue. Si le tribunal a bien retenu les dix francs minimaux exigés pour les jours-amende, il est resté très ferme quand au nombre de jours: 135. Et le sursis? "Nous n’avons pas ressenti de prise de conscience particulière. Ce qui signifie peut-être une problème plus profond et un risque de récidive élevé, ce qui nous empêche de lui accorder le sursis", a expliqué le juge Fabio Morici.