La Chaux-de-Fonds: des apprentis partagent leur passion pour leur métier avec les élèves

Les anciens abattoirs à La Chaux-de-Fonds ont accueilli la deuxième soirée organisée par Capa’cité. A l’honneur ce mardi 23 novembre: les métiers du bâtiment & construction et le quartier vert. Associations professionnelles, entreprises mais aussi apprentis ont présenté les aspects parfois méconnus de leur profession aux élèves et parents.
23 nov. 2021, 22:05
/ Màj. le 23 nov. 2021 à 22:11
Ce mardi 23 novembre, apprentis, formateurs et associations ont présenté leur métier aux anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds, pour la deuxième soirée de Capa’cité.

En à peine 24 heures, les anciens abattoirs de La Chaux-de-Fonds ont complètement changé de visage. Ce mardi 23 novembre, ce sont en effet les métiers du bâtiment & construction et le quartier vert qui ont pris place dans les 1000 mètres carrés d’exposition pour l’événement Capa’cité.

Pour rappel, cette année, la manifestation se déroule du lundi 22 au mercredi 24 novembre, entre 18h et 20h, avec chaque soir deux corps de métiers différents présentés.

Une petite prouesse technique menée à bien par le comité de Capa’cité. Il faut dire que le fait de n’avoir qu’une soirée de deux heures ne freine pas la motivation des exposants apprentis-formateurs. Machines, outillage, tracteur, arbres et même des chèvres et des petits veaux étaient présents sur les stands. L’envie de partager sur son métier et d’assurer la relève tient clairement à cœur, y compris déjà parmi les plus jeunes.

Des jeunes qui parlent aux jeunes

A 18 ans, Laia Robert est en deuxième année d’apprentissage de carreleuse. «J’ai vraiment envie de faire venir les jeunes dans ce métier et de leur en parler, parce que très peu connaissent la diversité qu’il offre.» Elle-même, c’est après un stage qu’elle est «tombée amoureuse» de cette profession. 

En tant que première apprentie féminine de l’Arc jurassien dans ce domaine, elle souhaite aussi voir plus de femmes dans les métiers du bâtiment. «Nous sommes tout à fait capables de le faire; les jeunes filles intéressées par ces métiers ne devraient pas avoir peur de se lancer.»

A lire aussi: Capa’cité: jeunes et professionnels enfin réunis en présentiel à La Chaux-de-Fonds

Du côté du quartier vert, Antoine Challandes, apprenti en deuxième année, échange avec des élèves intéressés par la profession d’horticulteur-paysagiste. «C’est un métier magnifique, on est actif à l’extérieur tous les jours, sur des activités ou des lieux différents.» Passionné par son métier, le jeune homme n’a pas peur d’être honnête: «Ce n’est pas pour tout le monde. On travaille dehors qu’il pleuve, qu’il vente ou par temps de canicule.» 

Même son de cloche pour le CFC d’agriculteur. Loris Rapin, agriculteur de 22 ans, détaille: «C’est important pour nous de montrer que ce n’est pas parce qu’on n’a pas d’exploitation familiale que ce métier est sans issue. Il y a énormément de débouchés. Après, les élèves qui viennent vers nous savent souvent déjà que c’est ce qu’ils veulent faire, c’est un vrai métier de passionné.»

Pour les jeunes présents, pouvoir échanger avec des professionnels qui ont pratiquement leur âge est une vraie plus-value, appréciée par les élèves. «C’est le fondement sur lequel repose Capa’cité: avoir des jeunes qui parlent de leur métier à d'autres jeunes», explique Patricia Da Costa, membre du comité.

Mercredi 24 novembre, les anciens abattoirs vont à nouveau se transformer de fond en comble pour accueillir, dès 18h, les quartiers commerce & gestion et santé & social. 

En savoir plus: Le site de Capa'cité


par Marika Debely