Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'initiative sur le site unique crispe le POP chaux-de-fonnier

Le Parti ouvrier populaire (POP) des Montagnes neuchâteloises réagit au quart de tour contre l'initiative populaire visant à ancrer définitivement l'unité mère-enfant d'Hôpital neuchâtelois (HNe) à Neuchâtel. Il dénonce le caractère polémique de la démarche entreprise par les gens du Bas. D'habitude calme, posé et modéré, Jean-Pierre Veya est cette fois-ci carrément fâché. A l'instar de ses camarades popistes du Haut, le député chaux-de-fonnier - il ne s'exprime pas en sa qualité de conseiller communal meuqueux - est franchement en rogne contre l'initiative que s'apprête à lancer l'élu radical Philippe Hæberli (notre édition de mercredi) pour ancrer le site mère-enfant à Pourtalès. D'où cette réaction rapide et forte, également soutenue par Claudine Stæhli-Wolf, Alain Bringolf et le Loclois Marcelo Droguett, tous députés popistes.

15 mars 2008, 12:00

«Les propos du député Hæberli sont ahurissants», fulmine Jean-Pierre Veya. «Ils traduisent une méconnaissance crasse du dossier ou, ce serait plus grave, une manipulation pure et simple des gens, car ils donnent une information fausse et incomplète.» Les popistes s'emportent surtout contre l'assertion du comité d'initiative. Qui estime le transfert du site unique mère-enfant à La Chaux-de-Fonds comme une détérioration de la qualité des soins, une dépense somptuaire et menant à une insécurité grave concernant l'organisation future des hôpitaux.

Les popistes du Haut rappellent que les 55 à 60 millions nécessaires à l'hôpital de La Chaux-de-Fonds traduisent un besoin identifié depuis longtemps, «mais décalé pour permettre l'investissement de 220 millions au Nouvel Hôpital Pourtalès (NHP), admis par 80% de la population du Haut et pourtant érigé à 70 mètres de la Providence. Où se trouvent les dépenses somptuaires?», questionne Jean-Pierre Veya, avec un brin de provocation.

Quant à l'insécurité des patients du Littoral, «elle concernerait les habitants du Haut dans le cas inverse», poursuit-il. Claudine Stæhli-Wolf corrobore: «Le problème de la concentration des sites est l'accès aux soins. Mais cette attitude fait courir de gros risques dans le cadre du Run», qui pourrait capoter craint la députée.

Pas moins remonté, Marcelo Droguett rappelle qu'à l'époque de la fermeture de la maternité du Locle, «le Conseil d'Etat d'alors avait promis un site pour les accouchements dans le Haut et un à Neuchâtel. Comme il le fait pratiquement à chaque séance du Grand Conseil, Alain Bringolf critique le mécanisme du frein à l'endettement, qui impose des choix douloureux: «La pression est insupportable pour HNe qui doit économiser 26 millions sur quatre années.» L'ancien président des popistes considère aussi que le législatif cantonal n'aurait jamais dû céder au Conseil d'Etat la compétence décisionnelle sur les affaires touchant aux hôpitaux.

In fine, le POP jure qu'il se battra contre l'initiative pour que La Chaux-de-Fonds garde la maternité cantonale. Le déménagement de l'Ecole d'ingénieurs du Locle à Neuchâtel n'a pas encore été digéré, admettent les popistes. / STE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias