L'époque des premiers hooligans et des tremplins à skis... sur échelle

Excursions, ski et football ont les faveurs de la population des Montagnes dès le début du 20e siècle. Le Chaux-de-Fonnier Goupi se souvient des hooligans de l'époque, et des tremplins de saut à skis bricolés avec une échelle.
02 août 2015, 18:47

Rue de la Charrière, en face du stade de football, bien avant que soit érigé un gigantesque immeuble, promeneurs et sportifs allaient y déguster une bière ou un sirop. «Au café des Sports, c'est là qu'on allait boire à la santé des morts et fêter les victoires et les défaites», se souvient Goupi, féru de football et de ski.

Dès le début du 20e siècle, la Charrière dispose d'installations toujours plus vastes et mieux équipées. A l'époque, la ville compte deux clubs de football: le FC Etoile - qui joue aux Eplatures - et le FC La Chaux-de-Fonds. «C'étaient les deux grands clubs, et entre les Meuqueux et les Stelliens, la rivalité était grande. Je peux vous assurer que les supporters, c'étaient déjà des hooligans, sauf que c'étaient pas des jeunes, c'étaient des vieux!», rigole Goupi qui se souvient: «On allait acheter nos maillots de foot chez Henri Chopard, sur la place du Marché.» Finalement, le Football Club La Chaux-de-Fonds grillera la politesse aux Stelliens et sera sacré champion de Suisse en 1954, 1955 et 1964. L'hiver, on patine, on skie, on dévale en luge les pentes de Pouillerel. Le virus des sports d'hiver commence à prendre. En 1911, le Ski club La Chaux-de-Fonds, fondé en 1904, érige un tremplin au nord-est du sommet de Pouillerel.

A l'époque, on n'exhibe pas encore son matériel sur le toit de sa voiture. On quitte la maison, à vélo l'été, et skis sur l'épaule l'hiver, et on se rend, souvent en famille, à Pouillerel ou à Tête-de-Ran. Personne n'imagine alors se faire hisser jusque là-haut par une machine. Il faut attendre 1951 pour voir apparaître un téléski à la Roche-aux-Cros et 1968 pour celui de Chapeau-Râblé, où une piste est éclairée. Surfant sur la grande vogue des sports d'hiver dans les années 1970, une piste est balisée et damée pour relier Sombaille jeunesse à la Ferme modèle. Mais Goupi et ses amis n'ont pas attendu ces infrastructures pour s'amuser. «On était un peu casse-cou. On faisait du saut à skis, propulsés sur des tremplins bricolés avec une échelle…», raconte l'enfant terrible de La Chaux-de-Fonds. /SYB