Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'architecture comme forme de poésie

26 mars 2010, 04:15

A l'image de la Coupe du monde de football, la Distinction romande d'architecture (DRA) est décernée tous les quatre ans. A cette différence près que ce n'est que sa deuxième édition.

«Démocratiser l'architecture suisse romande de qualité.» C'est l'objectif que s'est fixé le comité de la DRA. «Le public s'intéresse de plus en plus à l'architecture», explique Boris Evard, son coprésident. La distinction vise à faire découvrir aux profanes un art «de qualité qui se rapproche de la poésie.»

A l'origine de la manifestation, une version plus régionale: la Distinction vaudoise d'architecture. Lancée en 1984, son comité a décidé d'élargir son territoire de distinction à toute la Romandie. La DRA naissait en 2003. Suite logique pour Boris Evard, puisqu'«il y a une place à prendre dans la manière de faire connaître l'architecture suisse romande.»

Réunir un jury, constituer un patronage, établir des contacts. Autant de tâches auxquelles s'est attelé le nouveau comité dès 2006 déjà. Il dispose d'un budget de 500 000 francs, provenant de partenaires et de sponsors.

Les trente nominés 2010 seront connus d'ici fin juin et les cinq à huit lauréats le seront le 4 septembre. Puis, gagnants comme sélectionnés partiront en expositions, à partir de La Chaux-de-Fonds, où seront aussi remis les prix. Le public pourra assister à des conférences sur l'architecture. Une ouverture aux frontières alémaniques, avec Berne et Bienne, fait également partie de cette édition. La Confédération vient légitimer la démarche en lui apportant un «soutien moral». Pour Jean-Frédéric Jauslin, chef de la culture, elle y voit «un intérêt pour le patrimoine architectural suisse.» Les participants ont jusqu'au 31 mars pour déposer leur candidature.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias