Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'«ange blanc» du HCC a suspendu son vol

Michel Turler est décédé hier matin à l'âge de 65 ans. Terrassé par un cancer, ce grand hockeyeur laisse un immense vide derrière lui. Le HCC et des anciens coéquipiers lui rendent hommage.

09 avr. 2010, 11:02

«L'ange blanc des Mélèzes» n'est plus. Celui qui survolait la glace a suspendu son vol. Un cancer l'a emporté à 65 ans. Le HCC, son club de toujours, et quelques-uns de ses anciens coéquipiers lui rendent un vibrant hommage.

Peu de monde était au courant de la maladie de Michel Turler. René Huguenin, comme sa famille, ont tenu à respecter sa volonté. Hier matin, ses proches ont découvert son corps à son domicile. «Une partie de ma vie s'en va», confie René Huguenin, grand capitaine du HCC de la grande époque. «Avec Michel, nous avons tout partagé. Nous étions ensemble à l'école puis en juniors, en ligue nationale et en équipe nationale. Nous avons vécu des moments extraordinaires, fantastiques et d'autres moins drôles. Il était très sensible et ne supportait pas la critique. Jusqu'au bout, il est resté discret et modeste. Je suis très attristé par ce décès.»

«Tutu» restera à jamais dans l'histoire du HCC et du hockey suisse. «C'était un hockeyeur exceptionnel», confirme René Huguenin. «Il possédait un sens du but hors du commun. Il n'a pas terminé meilleur buteur du championnat de LNA à quatre reprises pour rien.»

Six fois champion de Suisse avec le HCC (de 1968 à 1973), Michel Turler a aussi été sacré avec Bienne en 1978. Il est ensuite revenu aux Mélèzes avant de rejoindre Neuchâtel YS et d'entamer une carrière d'entraîneur. Il a dirigé Marly, Franches-Montagnes, Tramelan. Il a aussi assisté Mike Lussier et Pierre-Yves Eisenring au HCC.

«Il était toujours prêt à donner un coup de main», relève Marius Meijer, actuel président du HCC. «Nous perdons un grand monsieur. Il était tellement modeste et possédait un grand cœur. Je ne conserverai que des bons souvenirs de lui. Je suis aussi heureux que nous ayons pu l'honorer en retirant son maillot (le No 10) en 2007 et lors des célébrations de notre 90e anniversaire.»

Autre grand coéquipier de Michel Turler, Marcel Sgualdo formait avec «Tutu» et Francis Reinhard une sacrée ligne d'attaque dans les années 1960. «C'est dur de le voir partir si vite», avoue «Titi». «Michel était un charmant garçon, gentil et aimable. Je ne me souviens pas de m'être disputé avec lui. Comme hockeyeur, c'était un patineur exceptionnel. Il alliait fluidité et vitesse. En plus, il avait le geste de la vedette.»

Daniel Piller a aussi partagé de grands moments avec Michel Turler en équipe nationale et au HCC. «C'était un chouette gars», souligne l'ancien chef du Service des sports de la Ville de La Chaux-de-Fonds. «Il a sûrement été l'un des meilleurs joueurs suisses de son époque. C'était un buteur pur.»

Depuis la fin de sa carrière, Michel Turler tenait un café - Le Puck - où il retrouvait ses amis et anciens coéquipiers. Comme eux, nous déplorons le départ de ce hockeyeur et de cet homme hors norme. /JCE

Votre publicité ici avec IMPACT_medias