Hélas, Paris leur appartient!

27 juin 2008, 12:00

Après le très injuste échec public de «Steak» réalisé par Quentin Dupieux, pourtant l'une des productions les plus incorrectes de l'année 2007 eu égard à sa description impavide de l'idiotie contemporaine, Eric Judor et Ramzi Bedia ont décidé de se refaire un moral en signant eux-mêmes leur nouveau film. On s'en souvient, l'intrigant Dupieux avait séparé de façon iconoclaste le duo d'amuseurs, pour valoriser leur personnalité.

Dans «Seuls two», les deux comiques remettent en selle leur tandem, mais d'une manière si radicale que l'on ne peut que faire le lien avec «Steak». Flic maladroit, d'une sottise crasse, Gervais (Eric) est la risée du commissariat parisien où il s'agite. Toute la sainte journée, il invente des stratagèmes stupides pour faire arrêter Curtis (Ramzy), un voleur sans grande envergure qui déjoue avec facilité les man?uvres grossières du brave représentant de la loi.

Ce manège futile dure jusqu'au jour où, d'un coup de cuillère à pot, tous les habitants de Paris se volatilisent. Gervais se croit d'abord seul au monde, puis découvre que Curtis partage le même sort, ayant lui aussi, pour une raison inexplicable, échappé à la disparition généralisée! Mû par un réflexe quasiment conditionné, le policier se remet à la poursuite de son voleur, lequel fait main basse sur tous les biens de valeur qui l'entourent. Le charme du film, ce qui le sauve de la vanité, réside dans cette manière culottée de faire le vide pour revivifier le duo qui ne compte plus que sur lui-même pour exister, dans son incommensurable bêtise!

Neuchâtel, Apollo 3; La Chaux-de-Fonds, Scala 2; 1h34