Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Grandes aigrettes de passage

Un vol de quatre grands oiseaux blancs a été observé mardi. Ce sont des visiteurs rares Belle surprise et bon réflexe de l'un de nos lecteurs, Jimmy Liengme, du Cerneux-Péquignot. Mardi matin, il a aperçu un quatuor de grands oiseaux blancs faisant une halte et quelques vols dans un champ. «J'ai vu des cigognes, ça vous intéresse?», demandait-il au téléphone. Le même matin, Pierre et Catherine Vuille, ornithologues, signalaient quatre individus du côté du Grand-Cachot et Pierre Schwab, vers 17h, les observait dans la région des Maix.

29 sept. 2006, 12:00

Mais étaient-ce bien des cigognes? Les spécialistes ont rapidement penché pour une autre espèce. Au vu des photos, Marcel Jacquat, conservateur du Musée d'histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds, est catégorique: «Ce sont des grandes aigrettes, jubilait-il. C'est la première fois qu'on les voit si haut (en altitude), c'est sympa!» Il se souvient avoir vu sa première grande aigrette dans les années 1960 au Fanel.

Les autres observations répertoriées sont rares: le 15 février 2002, entre Renan et Les Convers, le 10 septembre 2002 à Biaufond et le 7 décembre 2004 à Boudevilliers.

La grande aigrette a environ la taille du héron cendré. Elle se reconnaît facilement grâce à son plumage tout blanc. L'aire de reproduction la plus proche de Suisse se situe au Neusiedlersee, en Autriche. Comme d'autres espèces, ses moeurs changent avec le réchauffement climatique.

Plumes recherchées

Désormais protégé dans toute l'Europe, ce bel oiseau revient de loin. La grande aigrette et l'aigrette garzette ont failli disparaître. Leurs belles plumes d'apparat, mesurant jusqu'à 50 cm, portées sur le dos lors de la période de reproduction, étaient exploitées pour garnir les chapeaux des belles de l'époque. Désormais sauvée de ce danger, la grande aigrette refera peut-être trois petits tours par chez nous... / ibr

Votre publicité ici avec IMPACT_medias