Réservé aux abonnés

«Grâce à Recif, je suis sortie de l’isolement, j’existe et je me sens enfin utile»

Recif, c’est un mot qui a du sens pour la majorité des migrantes arrivées dans le canton de Neuchâtel. Depuis 25 ans, cette association aide les femmes venues de l’étranger à s’intégrer dans notre société. Un soutien souvent salvateur.

07 mars 2019, 18:52
Mariana Martin, venue d'Argentine, et Sakineh Ashury, originaire d'Iran, ont suivi les formations données par Recif avant de devenir bénévoles de l'association.

«Je suis arrivée en Suisse en 1992. Durant mes premières années ici, j’étais terriblement isolée. Je ne parlais pas le français, et aucune institution ne me proposait des cours de langue pour m’intégrer. Nous vivions dans le Jura, mon fils allait à l’école et je ne comprenais même pas ce qu’il y faisait! Je ne bénéficiais d’aucun soutien.»

Sakineh Ashury, femme d’origine iranienne, se souvient avec douleur de son exil forcé et de ses premi&egrav...