Fêtes de Pâques blanches et fatigantes pour la voirie

Les mesures hivernales sont encore en vigueur jusqu'au 15 avril à La Chaux-de-Fonds, elles sont échues depuis le 15 mars au Locle. Mais, dans les deux villes, la voirie n'a pas beaucoup dormi pendant ces fêtes de Pâques. «Cela fait 23 ans que je fais le déneigement et chaque fois c'est le même tintamarre: «Elle dort, la voirie?» Que les gens soient exaspérés, je le comprends. Ils ont passé des fêtes de Pâques exécrables, et nous aussi. On en a marre. On est fatigués...» Joseph Mucaria, voyer-chef à La Chaux-de-Fonds, en a un peu gros sur le c?ur. Depuis vendredi matin, il est tombé une soixantaine de centimètres de neige, évalue la voirie.

26 mars 2008, 12:00

«On était au boulot, vendredi, samedi, dimanche, lundi, et aujourd'hui (réd: hier) ça continue. Vendredi, nous avons fait quatre passages de chasse-neige dans les rues principales, à 4h, 9h, 14h et 18h, et un passage dure trois heures et demie. Nos chauffeurs ont conduit entre 15 et 17 heures pour les 60 km de rues principales. Puis il y a les 115 km de chemins vicinaux: nous avons fait un passage de chasse-neige vendredi matin, puis avons passé les grosses fraiseuses l'après-midi. Les escaliers ont été nettoyés le matin dès 5h30.» Mais, vu cette neige qui tombait sans discontinuer, «on nettoie un escalier à 7h et à 9h, c'est comme si on n'avait rien fait». Même chose pour les trottoirs.

Et puis bonjour les voitures-bouchons! «On a évacué 35 voitures en fourrière et il y en avait des dizaines parquées avec 30 cm sur le toit. Comment voulez-vous qu'on travaille?» Pour résumer: «C'est un travail de Sisyphe...»

Non, la voirie ne vise pas à faire des économies en la matière: «Rien à voir! Nous avons toujours dit que nous faisions des économies pour l'évacuation, pas pour les chasse-neige. Il ne faut pas jouer avec la sécurité.»

Au niveau des TRN, Pascal Droz signale que, globalement, les horaires à 20 minutes ont été tenus avec des retards n'excédant pas 10 minutes. Pas par défaut d'équipement des bus mais «nous avons remarqué que plusieurs voitures avaient des pneus d'été, ce qui nous a posé problème». De plus, samedi matin, «une voiture a carrément coulé un stop à la rue Numa-Droz» et est entrée en collision avec un bus qui est aujourd'hui immobilisé. Sans blessés, par bonheur.

Outre ces voitures en fourrière, quelque 300 contraventions ont été distribuées depuis le début de cette offensive, évalue Blaise Fivaz, responsable du Service du domaine public. «Et nous ne sommes pas intervenus tous les jours. Nous essayons de faire preuve de pragmatisme.» Et que des Chaux-de-Fonniers aient déjà remis leurs pneus d'été? «C'est possible», vu ce mois de février exceptionnel. Blaise Fivaz rappelle que les pneus d'hiver ne sont pas obligatoires, quoiqu'en cas d'accident, le fait de n'avoir pas un équipement conforme peut être retenu: «C'est paradoxal!» Cela dit, à La Chaux-de-Fonds, je pense qu'on n'a pas le choix, on doit avoir deux jeux de pneus». /CLD